BFMTV

Zacharie mort aux urgences: les pompiers assurent n'avoir commis "aucune erreur"

Les pompiers "ne refusent jamais d'intervenir dans une cité sensible", selon la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Les pompiers "ne refusent jamais d'intervenir dans une cité sensible", selon la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. - -

La mère de l'enfant a contacté les pompiers en pleine nuit pour porter secours à son fils, mais ils ont jugé préférable de la mettre en relation avec le Samu, qui a également refusé d'intervenir. Ils nous expliquent pourquoi.

Zacharie, 10 ans, est mort aux urgences d'un hôpital de Seine-Saint-Denis dimanche matin. Selon la maman, ni les pompiers, ni le Samu, ni même une compagnie de taxis n'ont accepté d'intervenir à leur domicile, situé dans une cité d'Epinay-sur-Seine, pour lui porter secours. Pourquoi ces différents refus? BFMTV.com a contacté le Samu et la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, en charge de ce département.

"La situation n'était plus de notre ressort"

Les sapeurs-pompiers de Paris confirment l'appel de la mère, mais assurent qu'aucune erreur n'a été commise de leur part. "Nous avons estimé qu'il fallait un avis médical, et nous avons mis la maman en relation avec le Samu, comme le veut le protocole dans ce genre de situation, en s'assurant bien qu'elle réussissait à avoir un médecin au bout du fil", explique-t-on à BFMTV.com

"En aucun cas les pompiers refusent d'intervenir quand il s'agit d'une cité sensible. Nous n'avons commis aucune erreur. Lorsque l'on demande un avis médical, la situation n'est ensuite plus de notre ressort, sauf si on nous contacte de nouveau pour intervenir", insiste-t-on à la Brigade, où il n'y aura donc pas d'enquête interne.

Le Samu ne "refuse jamais d'intervenir en cité"

En ligne avec le Samu, la maman de Zacharie a reçu un nouveau refus, les secours lui demandant d'amener par ses propres moyens son fils à l'hôpital, malgré qu'elle n'a pas de voiture. Joint par BFMTV.com, le président du Samu, le Dr François Braun, confirme cet appel, et explique comment fonctionne ces services. "De manière générale, lorsqu'un appel parvient au 15, le médecin régulateur en charge dispose de plusieurs "leviers". Il peut envoyer une équipe de réanimation par hélicoptère ou par voiture s'il estime qu'il y a une urgence vitale, ou encore recommander aux gens de se rendre aux urgences."

C'est manifestement cette solution qu'a choisi le médecin-régulateur samedi dans la nuit dans le 93. "Y a-t-il eu une erreur de jugement? Ce sera à l'enquête judiciaire de le dire", poursuit le Dr Braun. Il est cependant catégorique sur un point: "le Samu ne refuse jamais d'intervenir dans les zones de banlieue difficiles. D'ailleurs, nous n'avons jamais aucun souci d'agression avec la population."

De son côté, le parquet de Bobigny a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "homicide involontaire", et requis du juge d'instruction la "pratique d'une autopsie judiciaire", afin de déterminer les causes de la mort du petit Zacharie.

Alexandra Gonzalez