BFMTV

Vaucluse: trois policiers municipaux attaqués au couteau par un homme radicalisé

Image d'illustration

Image d'illustration - Fred TANNEAU © 2019 AFP

Un équipage de trois policiers municipaux à Bollène a été pris pour cible par un homme qui souhaitait manifestement s'en prendre à des fonctionnaires. Il a été interpellé et placé en garde à vue.

Un homme armé de deux couteaux a attaqué un équipage de trois policiers municipaux à Bollène, dans le Vaucluse, a-t-on appris ce mercredi de sources concordantes, confirmant une information du JDD. Les trois personnes ont été légérement blessées: un motard a été blessé aux jambes, une policière blessée à l'abdomen, et un troisième policier a été blessé à la gorge et a eu la main entaillée.

Les trois agents ont été appelés sur les lieux vers 9 heures du matin ce mercredi, après qu'un homme armé se soit introduit au domicile d'une femme.

Arrivés sur place, les trois policiers municipaux sont attendus par un homme muni d'un couteau céramique dans chaque main. Les agents sortent leur arme, font les injonctions d'usage. Mais il leur est impossible de tirer en légitime défense. Entre temps, d'autres policiers arrivent.

Le PNAT pas saisi

L'homme âgé d'une vingtaine d'années finit par sortir en criant qu'il veut tuer des policiers. L'un deux fait usage de son pistolet à impulsion électrique. En vain. Un second tir est réalisé et atteint l'homme, qui s'écroule. Mais ce dernier se relève et donne un coup de couteau dans le gilet de protection d'une policière. La lame de son arme se brise. Il assène alors un coup avec le manche au niveau de la gorge d'un autre policier.

L'homme est ensuite maitrisé par les autres agents municipaux. Connu pour sa radicalisation, l'homme a crié "Allahou akbar" et "tuez moi", selon un policier municipal équipé d'une caméra-piéton. Il a été entendu dans un premier temps dans les locaux de la gendarmerie d'Orange. La police judiciaire de Montpellier est désormais saisie de l'enquête. Pour l'heure, le parquet national anti-terroriste ne s'est pas saisi.

Raphaël Maillochon