BFMTV

Une plainte déposée contre un médecin qui refusait de soigner des salariés de la SNCF

La grève de la SNCF, le 8 avril 2018 à la gare Montparnasse de Paris

La grève de la SNCF, le 8 avril 2018 à la gare Montparnasse de Paris - THOMAS SAMSON / AFP

Le chirurgien orthopédique de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, avait placardé une affiche à la porte de son cabinet, annonçant qu'il ne recevrait "aucun salarié de la SNCF" au premier jour de la grève des cheminots.

C'est une affiche qui n'est pas passée inaperçue. Un médecin exerçant à Pontault-Combault, en Seine-et-Marne, a été visé par une plainte pour avoir collé sur la devanture de son cabinet un papier indiquant qu'il ne recevrait "aucun salarié de la SNCF", en raison du mouvement de grève des cheminots, rapporte franceinfo.

"Le cul sur une chaise en appuyant sur un bouton"

En cas d'urgence, le chirurgien orthopédique invitait les salariés SNCF à se rendre à la clinique de Nogent "où les orthopédistes ne font pas grève", en prenant plusieurs trains. "Prévoir 1 RER sur 3 (environ 3 heures)" ironisait-il. Sur cette affiche relayée sur les réseaux sociaux, le praticien se moquait également des conditions de travail des cheminots, qui ont "le cul sur une chaise en appuyant sur un bouton et une pédale, 6h37 par jour".

Contacté par franceinfo, le médecin a précisé avoir voulu montrer son énervement en essayant "de faire un truc d'humour". "95% des gens trouvent que c'est bien tourné", se défend-il, en expliquant que "tous les patients" lui parlent de cette affiche.

"Demain ce sera quoi, un refus d'une couleur de peau?"

La plainte a été déposée le 18 mai auprès du conseil départemental de Seine-et-Marne de l'Ordre des médecins. Son auteur, un particulier, dénonce un "comportement inapproprié" et demande un "rappel à l'ordre" pour le chirurgien orthopédique. "Demain ce sera quoi, un refus d'une couleur de peau, d'une origine, d'une orientation sexuelle...!?", peut-on lire sur ce message consulté par franceinfo.

Une rencontre entre le plaignant et le médecin doit être organisée pour tenter de trouver une conciliation entre les deux partis, selon la procédure. S'ils ne parviennent pas à s'entendre, des juges administratifs se saisiront de l'affaire.

Céline Penicaud