BFMTV

Une fonderie d'or clandestine démantelée à Montreuil

La police a découvert à Montreuil une fonderie clandestine cachée dans un foyer africain

La police a découvert à Montreuil une fonderie clandestine cachée dans un foyer africain - -

La police a saisi mercredi quelques kilos d'or, d'argent et de cuivre dans un foyer africain situé en Seine-Saint-Denis. Deux personnes ont été placées en garde à vue.

Une découverte précieuse. Un atelier de fonderie d'or clandestin, caché dans un foyer africain de Montreuil a été démantelé mercredi par la police, a indiqué vendredi une source proche de l'enquête.

"Les policiers ont notamment saisi plus de 3 kg d’alliage d’or, une pépite de 9 gr d’or, 5 kg d’argent, près de 8 kg de cuivre et 2,5 kg d’argenterie", précise de son côté Le Parisien.

Une communauté de forgerons maliens

L'affaire débute en avril 2013 par un vol d'or commis au sein de la société "Thom Europe", un groupement de bijouteries implantées dans les centres commerciaux et situé à Noisy-le-Grand.

Un des employés de cette société, âgé de 58 ans, reconnaît en garde à vue avoir commis ce vol d'or pour le revendre à des Africains résidant dans un foyer à Montreuil où est installée une fonderie clandestine.

Les investigations de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis permettent d'identifier un Malien de 45 ans, comme le receleur qui alimente en or ce foyer, où est livré régulièrement du matériel de refonte d'or et d'argent.

L'homme est interpellé mardi sur son lieu de travail à Rocquencourt et une sacoche contenant plusieurs chaînes d'or, qu'il portait, est saisie. En garde à vue, il reconnaît appartenir à une communauté de forgerons maliens mais nie connaître les origines des matériaux précieux, destinés à être transformés en bijoux africains.

Une fonderie déjà démantelée en 2012

L'un de ces contacts privilégiés, un Mauritanien de 44 ans, soupçonné de jouer les intermédiaires entre les forgerons et les clients africains, est également interpellé et placé en garde à vue mardi.

Mercredi, les policiers, assistés des CRS, des douanes du Blanc-Mesnil et du Groupe d'intervention régional (GIR) de Seine-Saint-Denis, investissent le foyer africain où ils découvrent la fonderie clandestine. Une forge et plusieurs outils permettant de travailler l'or scellés au sol y sont installés.

"L'atelier a été placé sous scellé judiciaire et un inventaire des bijoux trouvés est actuellement en cours", a expliqué une source proche de l'enquête.

En 2012, une fonderie clandestine avait déjà été démantelée à Montreuil, dans un bâtiment attenant au même foyer rappelle Le Parisien.