BFMTV

Une conductrice renverse trois cyclistes avant d'être stoppée par les gendarmes: un mort

Une patrouille de gendarmerie sur l'autoroute.

Une patrouille de gendarmerie sur l'autoroute. - Philippe Huguen - AFP

Un sexagénaire à vélo a été tué par une conductrice ayant renversé trois cyclistes ce jeudi près de Toulouse. La jeune femme, stoppée par les gendarmes, a été interpellée.

Une femme de 34 ans qui a renversé ce jeudi près de Toulouse trois cyclistes dans plusieurs accidents consécutifs, causant la mort de l'un d'eux, a été interpellée et hospitalisée d'office, a-t-on appris auprès du parquet de Toulouse.

Cette jeune femme "qui travaille et habite chez ses parents dans le Tarn-et-Garonne", rencontrait des "difficultés psychiatriques", a indiqué le substitut du procureur de Toulouse Francis Boyer, précisant qu'elle avait fait l'objet "d'une hospitalisation d'office par le médecin" qui l'a auscultée après son interpellation.

Un homme de 65 ans mort de ses blessures

Selon le représentant du parquet, elle aurait percuté dans le secteur de Cépet, à une trentaine de kilomètres au nord de Toulouse, deux des cyclistes par l'arrière et le troisième par l'avant "en allant le chercher sur la voie opposée".

Une patrouille de gendarmerie qui avait pris cette conductrice en chasse, s'est alors arrêtée pour prodiguer les premiers soins à la victime, pratiquant un massage cardiaque à cet homme de 65 ans qui est mort de ses blessures. Un cycliste est indemne et l'autre a été légèrement blessé à la hanche.

La jeune femme stoppée à un barrage

Les gendarmes qui avaient été alertés des premiers faits par un témoin ont immédiatement déclenché un dispositif d'interception, a indiqué le chef d'escadron Louis Boquien commandant de la compagnie de Toulouse-Saint-Michel à qui l'enquête a été confiée.

Après avoir été stoppée à un barrage, la jeune femme a tenté de fuir en percutant un véhicule de gendarmerie, obligeant ainsi un gendarme à faire usage de son arme sans la blesser. Jeudi en fin d'après-midi, des techniciens de la police scientifique de la gendarmerie nationale procédaient encore à des constatations sur la scène de l'accident mortel.

Ce dossier pourrait faire l'objet de poursuites criminelles, une information judiciaire doit être ouverte dans les prochains jours, a encore détaillé Francis Boyer.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV