BFMTV

Un homme interpellé pour l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet à la sortie de l'hôpital Cochin à Paris, le 16 juin 2017, un jour après son agression.

Nathalie Kosciusko-Morizet à la sortie de l'hôpital Cochin à Paris, le 16 juin 2017, un jour après son agression. - Gonzalo Fuentes - pool - AFP

Un homme a été placé en garde à vue ce samedi matin après l'agression de NKM jeudi. Une confrontation a eu lieu cet après-midi afin que l'homme soit identifié formellement. Sa garde à vue a été prolongée ce samedi soir.

Un homme, soupçonné d'avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi à Paris, a été interpellé ce samedi matin, rapporte l'AFP. D'après les informations de BFMTV, NKM va être confrontée à lui cet après-midi afin de l'identifier formellement. 

Placé en garde en vue à 8h30 "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public", ce maire de Champignolles, un petit village de l'Eure, a été confronté à l'ex-ministre dans l'après-midi "mais il nie les faits" de violences et les accusations d'agression verbales, a déclaré à l'AFP Xavier Autain, l'avocat de NKM.

"C'est une agression grave sur une élue de la République et j'espère une réponse de l'institution judiciaire à la hauteur", a-t-il ajouté.

La garde à vue a été prolongée

Samedi soir, la garde à vue du maire a été prolongée "pour permettre la poursuite des investigations", a indiqué une source proche du dossier. Des auditions de témoins sont notamment prévues dimanche, a-t-on appris dans l'entourage de la candidate.

Nathalie Kosciusko-Morizet avait été agressée jeudi à Paris alors qu'elle faisait campagne. Elle a perdu connaissance puis a été hospitalisée à l'hôpital Cochin, d'où elle est sortie vendredi. 

L'homme, né en 1962, s'est présenté de lui-même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à la convocation des enquêteurs, selon la source.

L.A., A.Mi avec AFP et Jérémy Brossard