BFMTV

Un escroc se fait passer pour Jean-Yves Le Drian, le ministre est convoqué chez le juge

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le 22 mars 2016.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le 22 mars 2016. - Stéphane de Sakutin - AFP

Un homme a tenté de soutirer de grosses sommes d'argent à 150 personnes en se faisant passer pour le ministre français de la Défense.

Qu'ont en commun Jean-Yves Le Drian et le prince Albert II de Monaco? Leur identité à été utilisée par un escroc qui a tenté de soutirer de l'argent à de grandes entreprises, des grands patrons, et des personnalités du monde de la politique ou de la culture. Depuis juillet 2015, Gilbert Chikil est accusé d'avoir ciblé au total 150 "clients" en se faisant passer pour le ministre de la Défense ou le prince Albert, parfois à l'aide de complices. Comme le rapporte le Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi, tous les deux seront entendus ce mercredi par un juge à Paris. 

En juillet 2015, le ministre français avait porté plainte pour tentative d'escroquerie après des appels téléphoniques passés en son nom à des chefs d'Etats africains. Imitant la voix du ministre, affirmaient que des agents secrets français avaient été enlevés par des jihadistes au Sahel mais que cela avait été gardé secret.

Trois personnes ont mordu à l'hameçon

Parmi les personnes ciblées, Le Canard enchaîné cite également Nicolas Hulot, Brigitte Bardot, plusieurs archevêques et même la banque du Vatican. D'après l'enquête à ce stade, sur les 150 personnes visées, trois ont versé de l'argent: une fondation suisse à hauteur de 826.622 euros, le prince Aga Khan IV, imam de la communauté ismaélienne, pour 19,9 millions d'euros au total, et Corinne Mentzelopoulos, propriétaire et gérante de la société Château Margaux, pour 5,95 millions d'euros.

D'après l'hebdomadaire satirique, les faussaires l'ont contactée en mars 2016 en lui expliquant que deux otages français étaient retenus en Syrie, et que leurs ravisseurs réclamaient 40 millions d'euros. Après réception d'un courrier à en-tête signé par le faux Jean-Yves Le Drian, expliquant que l'"Etat français" la rembourserait sur un compte UBS en Suisse, elle effectue trois virements.

En août 2017, Gilbert Chikli et l'un de ses complices présumés quittent Israël pour Kiev, où ils sont arrêtés, extradés puis incarcérés en France, en vertu du mandat d'arrêt international dont ils faisaient tous deux l'objet. 

Charlie Vandekerkhove