BFMTV

Un DRH du ministère de la Culture glissait des diurétiques dans les boissons des femmes pour les forcer à s'uriner dessus

Le DRH aurait intoxiqué et pris des femmes en photo de 2009 à 2018

Le DRH aurait intoxiqué et pris des femmes en photo de 2009 à 2018 - Ministère de la Culture - Capture d'écran Google Street View

Dans une longue enquête publiée jeudi, Libération révèle comment un haut fonctionnaire de la rue de Valois a fait passer des entretiens pervers à des dizaines de femmes en conciliant ses agissements dans un fichier Excel. Et comment le DRH a pu agir de nombreuses années en toute impunité.

En mai dernier, Le Canard Enchaîné révélait qu'un ancien directeur des ressources humaines du ministère de la Culture était soupçonné d'avoir administré des diurétiques à des dizaines de femmes pendant des entretiens d'embauche. L'homme, Christian N., les éloignait ensuite des toilettes et les forçait à s'uriner dessus, souvent devant lui.

Jeudi, Libération a publié une enquête édifiante confirmant ces faits et étayée de témoignages de plusieurs victimes de l'ancien fonctionnaire, qui consignait ses agissements dans un document Excel. Il y mentionne près de 200 victimes qu'il a photographiées et/ou intoxiquées aux diurétiques entre 2009 et 2018, au ministère de la Culture puis à la direction régionale des affaires culturelles (Drac) de la région Grand Est.

Dans ce tableau, il intègre également des photographies de ces femmes et stipule l'heure à laquelle il leur a administré le "médicament", leur réaction ou encore le lieu où elles ont uriné.

"J'étais au bord du malaise"

Libération a pu recueillir les témoignages glaçants de plusieurs victimes de l'ancien DRH. Toutes décrivent le mode opératoire similaire qu'utilisait Christian N, qui consistait à leur faire boire un diurétique à leur insu puis à les emmener visiter des monuments parisiens lors de leur entretien, les éloignant un maximum des toilettes.

"Je sentais mon ventre gonfler, j’étais au bord du malaise. Sous un pont, j’ai baissé mon pantalon et ma culotte, et j’ai uriné. Pendant ce temps, il tenait son manteau devant moi pour me cacher et regardait mon visage", témoigne une femme.

"J’ai uriné par terre, quasiment à ses pieds. J’étais humiliée et honteuse", raconte une autre. Une troisième explique même au journal avoir été hospitalisée plusieurs jours après que ces diurétiques ont provoqué chez elle "une infection urinaire à la limite de la péritonite".

Silence du côté des ministères

Toutes ces femmes disent avoir été traumatisées par leur rencontre avec l'ancien DRH. L'une d'entre elles a d'ailleurs tenté d'avertir le ministère de la Culture de ses agissements. Mais elle n'a jamais obtenu de réponse, ni de la part de Fleur Pellerin ni d'Audrey Azoulay, bien qu'elle ait décrit dans ses lettres aux ministres cette "situation à caractère sexuel et humiliant" et tout ce qui s'était déroulé lors de son entretien.

En 2015, cette même victime a tenté d'aller porter plainte, mais la police ne l'a pas prise au sérieux et l'a mise en garde, expliquant que Christian N. était quelqu'un "de haut placé". Il a fallu attendre l'article du Canard Enchaîné pour que les policiers ne la reçoivent. Une autre femme ayant rencontré le DRH s'est quant à elle tournée vers Marlène Schiappa en juin dernier. L'une de ses conseillères a alors promis de l'aider, mais la jeune femme n'a depuis jamais été recontactée. 

Révoqué de la fonction publique et mis en examen

Outre les diurétiques qu'il glissait dans les boissons des femmes, Christian N. était également connu au ministère de la Culture comme "le photographe". L'homme prenait en effet régulièrement des clichés des jambes des femmes qu'il recevait à leur insu. C'est d'ailleurs après avoir été pris sur le fait par un collègue en train de photographier les jambes d'une sous-préfète de Moselle en juin 2018 qu'une enquête est ouverte contre lui. L'homme a finalement été mis en examen à la fin du mois d'octobre 2019.

Suspendu de la fonction publique en octobre 2018 et révoqué en janvier 2019, l'ancien DRH est selon Libération maintenant mis en examen pour "administration de substance nuisible, d’agression sexuelle par personne abusant de l’autorité conférée par sa fonction, d’atteinte à l’intimité de la vie privée par fixation d’image, de violence par une personne chargée de mission de service public et d’infractions à la législation sur les médicaments". Contacté par le journal, il avait d'abord nié les faits avant de reconnaître avoir intoxiqué "dix ou vingt" femmes.

Juliette Mitoyen