BFMTV

Un détenu de Fresnes positif au coronavirus, une première en prison 

La prison de Fresnes.

La prison de Fresnes. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Un détenu de 74 ans, incarcéré le 8 mars en cellule individuelle à Fresnes (Val-de-Marne), a été testé positif au coronavirus, selon la porte-parole du ministère de la Justice Agnès Thibault-Lecuivre.

Un détenu de Fresnes (Val-de-Marne) de 74 ans a été testé positif au coronavirus, une première dans les prisons françaises, a appris l'Agence France-Presse (AFP) ce samedi auprès de la porte-parole du ministère de la Justice Agnès Thibault-Lecuivre. 

Incarcéré le 8 mars en cellule individuelle dans la prison du Val-de-Marne, cet homme a été, après l'apparition de premiers symptômes, conduit vendredi à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre où sa contamination a été avérée. 

Son extraction vers l'hôpital s'est faite dans le respect des "consignes de sécurité sanitaire", notamment le port de masques, a-t-elle assuré. Son état de santé n'est pas connu. Un "dispositif de suivi" a été, depuis, mis en place à Fresnes pour les personnels pénitentiaires qui ont été en contact avec le détenu, a ajouté Agnès Thibault-Lecuivre.

Ce septuagénaire avait fait l'objet d'un "suivi particulier" dès son arrivée à Fresnes en raison de son âge et son "état de santé". "Il (n'a) pas été en contact avec d'autres détenus", a affirmé la porte-parole. 

Il n'est pas possible de déterminer si sa contamination a eu lieu en milieu ouvert ou au sein de la prison. 

Une infirmière de Fresnes testée positive

Vendredi, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a indiqué qu'une infirmière travaillant dans cette même prison a été testée positive au coronavirus.

"Une infirmière (...) a été testée positive à Fresnes. Il y a des masques qui sont distribués pour les personnels médicaux qui travaillent dans l'unité sanitaire et pour les personnels pénitentiaires. On applique les règles générales de manière extrêmement sérieuse pour éviter toute propagation", a-t-elle dit lors d'un point presse, précisant que l'infirmière se trouvait en arrêt maladie lorsqu'elle a découvert qu'elle était porteuse du virus.

Interrogée sur la possibilité de confiner des détenus alors que la prison de Fresnes est l'une des plus surpeuplées du pays, Nicole Belloubet a affirmé vendredi que "des cellules sont réservées pour cela". Avec 2159 détenus pour 1320 places, la maison d'arrêt de Fresnes connaît, comme de nombreux autres établissements en France, une forte surpopulation carcérale.

Selon le bilan des autorités communiqué vendredi soir, 3661 personnes ont été contaminées en France où l'épidémie a fait 79 morts.

C.Bo. avec AFP