BFMTV

Un cuisinier et deux détenus mis en examen pour trafic de drogue à la prison de Villepinte

La maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, en avril 2017

La maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, en avril 2017 - Philippe Lopez-AFP

Le cuisinier aurait fait entrer le cannabis dans la maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, tandis que deux détenus l'écoulaient: trois hommes âgés de 33 à 38 ans ont été mis en examen vendredi.

Le cuisinier, âgé de 38 ans, travaillait pour une entreprise privée chargée de la restauration collective dans l'établissement. Il a été interpellé mardi en possession de 1,2 kg de cannabis et 500 euros en espèces, a relaté une source proche de l'enquête, confirmant une information de l'hebdomadaire Le Point.

Le trafic durait depuis le début de l'année

Les perquisitions menées dans la prison après son arrestation ont abouti à la mise en cause de deux détenus de 33 et 35 ans, qui étaient affectés à des tâches d'intérêt général aux cuisines. Ils sont soupçonnés d'avoir écoulé la drogue que le cuisinier, placé vendredi en détention provisoire, faisait entrer derrière les barreaux. Le trafic aurait commencé au début de l'année.

Située en Seine-Saint-Denis, département qui connaît une forte délinquance, la maison d'arrêt de Villepinte est surpeuplée. En mars, sa directrice avait alerté les autorités en annonçant qu'elle ne pouvait plus accueillir de nouveaux détenus. Le taux d'occupation avait alors atteint le record de 201%. Il a ensuite légèrement baissé avec, au mois d'août, 960 détenus dans une prison conçue pour en accueillir 587.

Au mois d'avril, des surveillants pénitentiaires avaient bloqué l'entrée de la maison d'arrêt pour dénoncer la surpopulation carcérale ainsi que leurs difficiles conditions de travail. Cet été, plusieurs véhicules appartenant à des gardiens ont été incendiés.

C.H.A. avec AFP