BFMTV

Mineures projetant un attentat: l'itinéraire d'une jeune fille "coquette" qui a voulu partir en Syrie

Les mineures ont été entendus dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret.

Les mineures ont été entendus dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret. - Lionel Bonaventure - AFP

Mercredi 9 mars, quatre mineures ont été interpellées par la Direction générale de la sécurité intérieure qui les soupçonne d'avoir voulu projeter un attentat contre une salle de concert à Paris. Deux d'entre elles ont été mises en examen.

Un itinéraire qui conduit à la radicalisation comme il en existe de plus en plus. L'une des mineures mises en examen pour "association de malfaiteurs avec une entreprise terroriste", et qui a été placée en détention provisoire, avait tenté de rejoindre la Syrie juste avant d'être rattrapée par les autorités. D'après nos informations, cette jeune fille de 15 ans avait projeté de partir en novembre dernier.

Vendredi, cette mineure, âgée de 15 ans, ainsi qu'une autre, âgée elle de 17 ans, ont été mises en examen. Elles avaient été interpellées, ainsi que deux autres adolescentes, mercredi par les services de la Direction générale de la sécurité intérieure. Les agents les soupçonnent, après surveillance de leurs conversations sur Facebook, d'avoir voulu préparer un attentat contre une salle de concert à Paris, répétant le scénario du 13 novembre. 

"Très influençable"

La plus jeune des deux suspectes a été placée en détention provisoire. Une mesure de prévention alors que son profil est décrit comme "plus inquiétant" par une source proche de l'enquête citée par L'Express. Cette dernière, qui résidait à Lyon et était scolarisée en classe de 3e, avait tenté de rejoindre la Syrie, peu après les attaques de Paris. D'après nos informations, elle s'était rendue en Belgique pour tenter de rejoindre les rangs de Daesh. La police avait pu l'en empêcher. 

Comme souvent, ses proches disent n'avoir rien vu venir. L'adolescente est décrite comme "très coquette". L'un de ses rêves était de devenir actrice, elle s'y était même préparée en voulant passer des auditions. Mais la jeune fille est décrite comme secrète et très influençable. Il y a un an, elle s'est mise à porter le voile. Son entourage, dans un premier temps, ne s'est pas inquiété. Jusqu'au moment où son comportement a évolué. 

Selon les éléments du profil des deux jeunes filles, Patrick Amoyel, psychanalyste et spécialiste du jihadisme, estimait vendredi, sur BFMTV, que les deux adolescentes appartiennent à "une catégorie de velléitaires", avec "l'idée de faire les choses sans forcément passer à la réalisation pour se faire mousser, pour se donner des sensations".

J.C. avec Cécile Ollivier