BFMTV

Sécurité routière: un rapport préconise une vitesse de 80 km/h

Fait-il baisser la vitesse pour réduire les accidents mortels?

Fait-il baisser la vitesse pour réduire les accidents mortels? - -

Un collège d'experts a rendu un rapport estimant que la réduction de la vitesse est la mesure la plus efficace pour réduire la mortalité sur les routes.

Comment passer sous la barre des 2.000 morts sur les routes d'ici 2020? En ciblant l'alcool et les obstacles au bord des voies, mais surtout en réduisant la vitesse de 90 à 80 km/h.

Dans un rapport -confidentiel- commandé en février par le député socialiste du Bas-Rhin Armand Jung, par ailleurs président du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), quinze chercheurs et professionnels du secteur, réunis en "Comité des experts du CNSR", ont rendu leurs préconisations.

En 2012, 3.653 personnes ont perdu la vie sur les routes de France. Les experts partent du principe que les mesures passées de sécurité routière, comme le contrôle sanction automatisé (CSA), continueront à produire leurs effets dans les années à venir. Ils évaluent à 2.800 le nombre de tués d'ici à 2020 "si rien de nouveau se produit".

Selon eux, la réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur "les routes bidirectionnelles" nationales, départementales et communales, où elle est limitée à 90 km/h, constitue la mesure "la plus efficace pour réduire la mortalité". Elle permettrait de sauver 450 vies chaque année si elle s'appliquait sur l'ensemble du réseau concerné, et au moins 200 vies si elle n'était mise en place que dans les zones les plus dangereuses, précisent-ils.

Une lettre à Manuel Valls

De son côté, l'association 40 millions d'automobilistes a adressé dimanche une lettre ouverte au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, assurant que les vitesses actuelles sur les routes secondaires ne représentent pas un danger mortel.

"Nous vous invitons à prendre place avec nous, en voiture, le temps d'un trajet, pour vous démontrer que le respect des limitations de vitesse, telles qu'elles sont fixées actuellement, ne peut engendrer un accident mortel", écrit l'association, opposée à toute baisse des limitations.

Dans sa lettre, 40 millions d'automobilistes invite le ministre à ne pas se laisser "tenter" par "des préceptes dépassés et infondés qui n'auraient d'autre conséquence qu'une impopularité sans résultat supplémentaire que la baisse naturelle du nombre de décès sur les routes liée à l'amélioration des véhicules et au renforcement des infrastructures".

> Baisser la vitesse pour sauver des vies, vous y croyez? Exprimez-vous