BFMTV

Saisie de 160 chiens maltraités dans un élevage de Charente

Un élevage de chiens en France. (illustation)

Un élevage de chiens en France. (illustation) - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Environ 160 chiens de race, dans un état de santé très dégradé, ont été saisis vendredi dans un élevage de Juillaguet Charente, près d'Angoulême

C'est un cas de maltraitance à grande échelle qu'ont découvert vendredi des agents de la Direction départementale de la protection des populations et de la DGCCRF. Environ 160 chiens de race, dans un état de santé très dégradé, ont été saisis vendredi dans un élevage de Juillaguet en Charente près d'Angoulême, où ils vivaient dans des conditions sanitaires déplorables.

Sur réquisition du parquet d'Angoulême, les animaux ont été confiés à la Fondation 30 millions d'amis qui va les transférer dans des refuges en Ile-de-France où ils recevront "les premiers soins", a indiqué Jean-François Legueulle, délégué général de la Fondation, présent sur les lieux.

La Fondation 30 millions était assistée lors de la saisie par des membres de la Fondation Assistance aux animaux. Au total, une quinzaine de militants des deux organismes étaient sur place, a-t-il précisé.

Les maltraitances signalées par les acheteurs

Les conditions dans lesquelles ces chiens de race (cavaliers King Charles, dalmatiens, bouviers bernois, bichons...) étaient parqués avaient été découvertes le 28 mars par des agents de la Direction départementale de la protection des populations et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, selon le chef d'escadron Pascal Lalouate, qui commande la compagnie de gendarmerie d'Angoulême.

Cette visite faisait suite à plusieurs signalements d'acheteurs, inquiets de constater des maladies ou des carences anormales sur les animaux qu'ils venaient d'acheter, selon Jean-François Legueulle. "Les chiens étaient sous-alimentés, certains vivaient dans l'obscurité, dans leurs déjections. Les cages n'étaient pas aux normes, les chiens y étaient trop nombreux", a-t-il ajouté.

Une vingtaine de chiens étaient dans un état particulièrement "critique" - "certains ne tenaient quasiment plus sur leurs pattes" - et avaient été acheminés dès samedi dernier vers un refuge proche, selon Jean-François Legueulle.

La propriétaire "dépassée par l'ampleur de la tâche"

La propriétaire de l'élevage, entendue, a semble-t-il été "dépassée par l'ampleur de la tâche", alors que, selon les textes en vigueur, son élevage ne pouvait pas dépasser une cinquantaine d'animaux, a expliqué le chef d'escadron Lalouate. "A ce stade de l'enquête, il n'y a à priori pas de volonté manifeste de maltraiter" les animaux, indique l'officier, qui évoque plutôt une "série de manquements et de négligences".

La propriétaire devrait encore être entendue, a-t-il ajouté. Pour l'heure, le parquet n'a pris aucune décision concernant son sort judiciaire, a-t-il dit.

Dans un communiqué, la Fondation 30 Millions d'amis a pour sa part indiqué son intention de déposer plainte, avec constitution de partie civile, pour "sévices graves" sur ces animaux.

D. N. avec AFP