BFMTV

Saint-Denis: un homme meurt au commissariat, sa famille porte plainte

Les chiffres publiés le 19 avril se basent sur le nombre de dépôts de plainte.

Les chiffres publiés le 19 avril se basent sur le nombre de dépôts de plainte. - AFP

L'homme de 31 ans, interpellé en état d'ivresse jeudi, a été retrouvé mort dans sa cellule de dégrisement.

La famille d'un homme de 31 ans, décédé dans la nuit de jeudi à vendredi au commissariat de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où il se trouvait pour état d'ivresse, a porté plainte pour "non-assistance à personne en danger", a appris l'AFP lundi auprès de son avocat.

La plainte, déposée le 3 mai, vise à "participer à l'enquête en cours pour permettre l'établissement des circonstances de son décès et les éventuelles responsabilités qui pourraient être encourues", a expliqué Arié Alimi, l'avocat des parents et du frère du défunt.

Le décès est intervenu dans la nuit alors que l'homme se trouvait en rétention administrative pour état d'ivresse manifeste, selon le parquet de Bobigny. Suite à son interpellation, il avait été examiné par un médecin qui avait jugé son état compatible avec sa rétention, selon une source policière. Il avait été retrouvé mort dans la cellule de dégrisement, a-t-elle ajouté.

"Il aurait dû faire l'objet d'une surveillance étroite", dénonce la famille

Le commissariat de Saint-Denis a été saisi de l'enquête pour recherche des causes de la mort. Une autopsie doit être réalisée.

"Compte tenu de son état alcoolique, il aurait dû faire l'objet d'une surveillance étroite et constante afin de s'assurer que son état ne se dégrade pas", a souligné la famille dans sa plainte, consultée par l'AFP. Elle reproche notamment au médecin de ne pas avoir plutôt demandé sa prise en charge à l'hôpital, vu son "état grave".

La famille a par ailleurs demandé que l'enquête ne soit pas menée par les services du commissariat de Saint-Denis, lieu des faits, afin "d'éviter tout soupçon sur les conditions d'investigation".

Ju. M. avec AFP