BFMTV

Rennes: deux Tchétchènes blessés par arme à feu, dont un entre la vie et la mort

La police du Rhône a démantelé entre juin et novembre un réseau de livraison de stupéfiants très lucratif qui sévissait dans l'ensemble de l’agglomération lyonnaise

La police du Rhône a démantelé entre juin et novembre un réseau de livraison de stupéfiants très lucratif qui sévissait dans l'ensemble de l’agglomération lyonnaise - FLORIAN DAVID © 2019 AFP

Deux frères d'origine tchétchène ont été blessés par arme à feu mercredi après-midi à Rennes. L'un d'eux est désormais en mort cérébrale.

Mercredi vers 13h45, "plusieurs coups de feu ont été tirés dans le quartier de Cleunay. Deux frères d'origine tchétchène, âgés de 23 et 24 ans, ont été blessés par balle, le pronostic vital de ce dernier étant, à cette heure, fortement engagé", a déclaré le procureur de la République Philippe Astruc dans un communiqué.

Le plus jeune a été touché de deux balles, dont une à la tête. Il est en état de mort cérébrale, selon des sources judiciaires à BFMTV. Le plus grand a quant à lui été touché à la jambe, il a été opéré ce jeudi matin pour la deuxième fois, mais ses jours ne sont pas en danger.

"Un troisième homme, âgé de 21 ans, a été interpellé quelques minutes après les faits et placé en garde à vue. Ce dernier est connu de la justice notamment pour des infractions à la législation sur les produits stupéfiants", a précisé le procureur.

Selon nos informations, il est également connu pour des faits de violences.

Règlement de comptes?

De source judiciaire, "les premiers éléments recueillis sont évocateurs de possibles règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants". Toutefois une personne issue de la communauté tchétchène en lien avec la famille nous indique que, bien que le quartier soit gangréné par le trafic de drogues, les deux frères n'y sont pas mêlés. Ils avaient d'ailleurs demandé la veille des faits à des dealers qui squattaient leur hall d'immeuble d'aller ailleurs.

Le parquet de Rennes a ouvert une enquête criminelle flagrante confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Rennes. Une enquête confiée au même service a également été ouverte mardi à la suite de coups de feu tirés dans la soirée dans ce quartier, qui se trouve non loin du Roazhon Park où évolue le Stade Rennais. Une personne, âgée de 30 ans, s'est présentée mardi soir à l’hôpital sud de Rennes "avec une blessure par balle au niveau de la jambe", selon le parquet.

Appel à "la solidarité et l’entraide"

Dans un communiqué, l'Assemblée des Tchétchènes d'Europe, basée à Strasbourg, demande d'"éviter toute forme de violence et d'apporter toute aide aux forces de l'ordre et à la justice pour que le coupable soit jugé et condamné".

"Une nouvelle fois notre communauté est frappée par la violence extrême des quartiers. A Rennes, dans le quartier de Cleunay, devant le Carrefour City un dealer de drogues a tiré sur les deux frères Labazanov, Souleiman, 24 ans et Hamzat, 22 ans. Hamzat, le plus jeune, a été touché à la tête et est actuellement à l’hôpital en état de mort cérébrale. Souleiman a reçu une blessure à la jambe", indique le communiqué.

"Dans cette situation tragique, nous appelons nos compatriotes à la solidarité et l’entraide qui doit rester strictement dans le cadre légal", ajoute l'Assemblée des Tchétchènes d'Europe, qui dit remarquer "que les personnes d’origine tchétchène sont de plus en plus victimes des agressions".

La maire de Rennes Nathalie Appéré (PS) a demandé que "ces actes intolérables" ne restent pas "impunis". "Ces faits d'une extrême gravité, qui interviennent sur fond de lutte entre trafiquants de stupéfiant, suscitent une intense émotion dans le quartier".

Alexandra Gonzalez et AL avec AFP