BFMTV

Qui est Nicolas Lerner, le nouveau patron de la DGSI?

Nicolas Lerner succède à Laurent Nuñez, désormais secrétaire d'Etat.

Nicolas Lerner succède à Laurent Nuñez, désormais secrétaire d'Etat. - Stéphane de Sakutin - AFP

Nommé mi-octobre à la tête du renseignement intérieur, Nicolas Lernel a officiellement pris ses fonctions ce lundi. Une nouvelle étape dans les arcanes de la sécurité pour ce haut-fonctionnaire.

Il est le plus jeune patron du renseignement intérieur. À 40 ans, Nicolas Lerner a été installé lundi dans ses nouvelles fonctions par le ministre de l’Intérieur et son prédécesseur à la tête de la DGSI, Laurent Nuñez, devenu secrétaire d’État. "Vous êtes à votre place", a déclaré le Christophe Castaner, saluant la "puissance de travail, la vivacité d'esprit et l’expérience" de Nicolas Lerner. Ce dernier a quant à lui fait part de sa "fierté de diriger cette maison forte et riche de plus de 4.000 hommes".

Passage à la préfecture de police

Enarque issu de la même promotion qu’Emmanuel Macron, Nicolas Lerner débute sa carrière en 2004 en tant qu'administrateur civil affecté au secrétariat général du ministère de l'Intérieur. Son parcours le mène ensuite dans l'Hérault où il est nommé directeur de cabinet du préfet de la région Languedoc-Roussillon. En 2008, il rejoint la préfecture de police de Paris comme chef de cabinet du préfet de police puis directeur-adjoint de cabinet. Il croise alors le chemin de Laurent Nuñez qui est à ce moment-là le directeur du cabinet.

Il continue son ascension en devenant sous-préfet de Béziers, en 2014. L'année suivante, il part pour la Corse en tant que sous-préfet coordinateur pour la sécurité auprès des préfets de Haute-Corse et de Corse-du-Sud. Il quitte l'île deux ans plus tard pour le cabinet du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et devient son directeur-adjoint.

"Renforcer la lutte anti-terroriste"

"Il est rompu aux arcanes de la sécurité, c'est un haut fonctionnaire qui a un parcours dans la sécurité, il connaît bien les codes et possède un bon tissu relationnel", alors pour diriger la DGSI, "il a le profil idéal", commente Patrice Ribeiro du syndicat Synergie. Nicolas Lerner devra notamment "renforcer la lutte anti-terroriste sur le territoire national", a précisé lundi Christophe Castaner en exposant la feuille de route du nouveau chef du renseignement intérieur.

La DGSI doit rester "particulièrement active sur les autres menaces qui pèsent sur notre pays […] notamment l'espionnage, les actions d'influence et d'ingérence menées par certaines puissances étrangères contre nos intérêts, contre notre patrimoine scientifique et industriel".

Confiant, Nicolas Lernel a assuré n’avoir "aucun doute sur le fait que collectivement nous saurons être à la hauteur des attentes".

A.L. avec AFP