BFMTV

Près de 2.000 mineurs radicalisés dénombrés en France

Le siège de la DSGI et de la Sous-direction anti-terroriste, à Levallois-Perret.

Le siège de la DSGI et de la Sous-direction anti-terroriste, à Levallois-Perret. - Lionel Bonaventure - AFP

Le nombre d'adolescents français embrigadés et radicalisés témoigne d'une nette hausse en l'espace de quelques mois. Parmi eux, une majorité de filles.

Les dernières arrestations et mises en examen en France, liées à des affaires de terrorisme, le prouvent: la radicalisation des adolescents est en nette hausse. Selon des chiffres avancés par Le Figaro, le nombre de mineurs embrigadés par les jihadistes du groupe Daesh sont de plus en plus nombreux sur le territoire français.

Hausse de 121% en 8 mois

Ainsi, 1.954 individus de moins de 18 ans ont été signalés comme radicalisés, dans le pays, soit une hausse de 121% par rapport à janvier 2016, où l'on recensait 882 cas. Parmi eux, une majorité d'adolescentes, qui sont aujourd'hui plus nombreuses à s'être radicalisées que les garçons. 

Au total, 37 mineurs ont été mis en examen en France, dans le cadre de procédures judiciaires liées à des affaires de terrorisme. Dix-sept adolescents sont allés jusqu'à partir sur le terrain, en Syrie et en Irak, pour combattre sous la bannière de Daesh, et six y ont trouvé la mort. 

Quatre adolescents soupçonnés de préparer des attentats ont été arrêtés au cours des premières semaines du mois de septembre. Tous étaient en contact avec le jihadiste Rachid Kassim, un Français de 29 ans, basé dans la zone irako-syrienne contrôlée par Daesh, et qui appelle régulièrement, sur sa chaîne Telegram, ses abonnés à commettre des attentats. 

A.S.