BFMTV

Pour le procureur de Nice, la femme blessée samedi a été poussée, mais pas par les forces de sécurité

Une femme de 73 ans a été blessée samedi à Nice, après une charge policière survenue lors d'une manifestation de gilets jaunes. Selon le procureur de la République, la victime "est tombée après avoir été poussée", juste après une action de dispersion des forces de l'ordre. Cependant, elle n'aurait pas été touchée par celles-ci.

Le procureur de la République de Nice a donné ce lundi des précisions sur les blessures de la septuagénaire heurtée ce week-end lors d'une manifestation des gilets jaunes, place Garibaldi à Nice, et sur les circonstances dans lesquelles elle est tombée.

Jean-Michel Prêtre, procureur de la République, a indiqué lors d'une conférence de presse que la manifestante blessée à Nice avait "été poussée par l'arrière" et n'était "pas tombée seule". 

"D'ores et déjà, on peut dire que la victime avait un drapeau coloré à la main très reconnaissable. La chute a eu lieu exactement à 11h47. Elle se maintenait à 1 mètre des gendarmes mobiles en cordon. Au vu des images, elle a été poussée. À l'évidence, cela a provoqué sa chute en arrière, sa tête a heurté un plot métallique le long de la ligne de tramway", a-t-il retracé.

"Difficile de dire qui était derrière elle"

"La chute est intervenue alors que les forces de l'ordre intervenaient pour une action de dispersion", a ajouté le procureur, avant de préciser qu'elle n'avait pas été touchée intentionnellement" et n'avait pas été poussée par un "agent de sécurité". 

Le parquet a décidé immédiatement d'ouvrir une enquête "pour recherche de cause de blessures", a-t-il ensuite fait savoir, avant de préciser que les investigations se poursuivaient et que "les exploitations des images vidéos (étaient) en cours". Jean-Michel Prêtre a en outre expliqué qu'au terme de ces investigations, il sera possible d'établir si l'infraction commise samedi à Nice relève, ou pas, de l'infraction pénale.

"Il est difficile de savoir qui exactement était derrière elle", a-t-il ajouté lors de cette conférence de presse en direct des Alpes-Maritimes. Au moins trois personnes se trouvaient derrière cette femme dans le cortège: "un journaliste avec une caméra, un gilet jaune et une autre personne à la casquette marron".

"La dispersion n'a pas pu surprendre qui que ce soit"

Jean-Michel Prêtre a expliqué que la victime était désormais "consciente et qu'elle s'exprimait correctement", mais qu'elle présentait "une plaie de trois centimètres à l'arrière du crâne", sa tête ayant heurté un plot métallique. Une blessure correspondant à la chute que l'on peut voir sur les images vidéo recueillies.

Interrogée par les enquêteurs, la septuagénaire a dit ne pas se souvenir de qui l'avait été poussée, mais elle supposait que cela pouvait venir des forces de sécurité, "car ils nous avaient déjà poussé avant", a-t-elle confié. "Mais nous, on voulait rester car c'est la liberté de manifester". 

La femme victime de cette chute a assuré ignorer que la manifestation était interdite sur la place. "La dispersion n'a pas pu surprendre qui que ce soit puisqu'il y avait eu plusieurs actions de dispersion auparavant, de manière très claire et réitérée", lui a répliqué Jean-Michel Prêtre, rappelant qu""en l'occurrence cette manifestation était interdite et illicite". 

Des plaintes visant la police et le préfet des Alpes-Maritimes ont été déposées lundi par la famille de la victime, une altermondialiste de 73 ans, qui a violemment chuté samedi lors d'une charge des forces de l'ordre alors qu'elle manifestait dans un périmètre interdit.

Jeanne Bulant