BFMTV

Policiers agressés à Herblay: le suspect qui s'était rendu mis en examen

Un écusson de la police nationale (image d'illustration)

Un écusson de la police nationale (image d'illustration) - AFP

Il est suspecté d'avoir agressé et blessé par balles deux policiers à Herblay, dans le Val-d'Oise, mercredi 7 octobre.

Il s'était de lui-même rendu à la police vendredi matin, avant d'être placé en garde à vue puis présenté à un juge d'instruction ce mardi. L'un des trois suspects de la violente agression de policiers à Herblay, dans le Val-d'Oise, a été mis en examen pour "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique", a fait savoir son avocate.

A l'issue d'une garde à vue de quatre-vingt seize heures, cet homme de 28 ans a également été mis en examen pour "détention d'arme en réunion", a-t-elle ajouté, précisant que son client devait encore être présenté à un juge des libertés et de la détention pour statuer sur la demande de placement en détention provisoire requise par le parquet.

Il est suspecté d'avoir agressé et blessé par balles deux policiers mercredi 7 octobre. Les deux autres individus soupçonnés d'avoir participé à ce passage à tabac sont toujours recherchés. Le suspect déféré au parquet affirme quant à lui ne pas avoir pris part à l'agression.

Un des policiers dans un état grave

Membres de la police judiciaire de Cergy-Pontoise, les deux victimes, âgées de 30 et 45 ans, "ont été prises par surprise" alors qu'elles se trouvaient dans une voiture banalisée "en surveillance dans une zone industrielle d'Herblay" mercredi autour de 22h30, avait décrit le parquet de Pontoise.

Ils ont tous deux été roués de coups au sol, notamment au visage et à la tête. Puis leurs agresseurs ont dérobé leurs armes avant de leur tirer dessus à bout portant. Le plus jeune des policiers, touché par quatre balles, a été le plus gravement atteint. Après "plusieurs opérations", son pronostic vital n'est plus engagé.

300 enquêteurs mobilisés

Six brigades de recherche et d'intervention sont actuellement mobilisées sur cette affaire, soit environ 300 enquêteurs dont 100 à 150 policiers opérationnels sur le terrain. Des sources policières ont confié à BFMTV n'avoir pas connu de pareil dispositif depuis la dernière évasion de Rédoine Faïd.

Selon nos informations, une perquisition a été menée ce mardi dans un appartement des Hauts-de-Seine dans lequel la famille de l'un des deux individus toujours recherché est passée. Les enquêteurs y ont saisi du matériel informatique et des documents.

Un homme, qui a été en contact à plusieurs reprises avec l'un des suspects, a par ailleurs été entendu ce mardi par les enquêteurs de la brigade criminelle de Versailles. D'après des sources policières, il l'aurait incité à se rendre aux forces de l'ordre.

Clémence Dibout et Raphaël Maillochon avec Mélanie Rostagnat