BFMTV

Plainte à Toulouse après l'incendie d'une voiture de campagne REM

Sandrine Mörch, 55 ans, qui se présente pour la majorité présidentielle dans la 9e circonscription de Haute-Garonne, a estimé qu'il s'agissait "probablement d'un acte d'un extrémiste"

Sandrine Mörch, 55 ans, qui se présente pour la majorité présidentielle dans la 9e circonscription de Haute-Garonne, a estimé qu'il s'agissait "probablement d'un acte d'un extrémiste" - VALERY HACHE, AFP

Une candidate La République En Marche (REM) à Toulouse a porté plainte jeudi matin, après l'incendie de son véhicule de campagne, une 2CV aux couleurs d'Emmanuel Macron qui a été entièrement calcinée dans la nuit, selon la police.

Vers 02h45, un groupe de Jeunes avec Macron, réunis à l'intérieur du local de campagne à Toulouse, a été prévenu par un voisin que la 2CV garée à proximité était en flammes. "C'était une torche", a raconté une jeune militante à l'AFP.

"Un incendie politique"

Sandrine Mörch, 55 ans, qui se présente pour la majorité présidentielle dans la 9e circonscription de Haute-Garonne, a estimé qu'il s'agissait "probablement d'un acte d'un extrémiste". "C'est totalement scandaleux qu'on en soit là à Toulouse, mais le climat politique est tellement délétère, c'est un incendie politique", a-t-elle dit à l'AFP.

Une enquête a été ouverte, précise-t-on de source policière, qui confirme le dépôt de plainte. De même source, on indique que les nombreuses affiches de campagne se trouvant à l'intérieur du véhicule ont pu faciliter la propagation du feu, dont l'origine reste indéterminée. Un deuxième véhicule à proximité a partiellement pris feu.

"Faire bloc"

Mickaël Nogal, référent départemental REM en Haute-Garonne, a souhaité "que toute la lumière soit faite suite à la plainte déposée par notre candidate. Dans ce climat tendu de fin de campagne, j'appelle l’ensemble des forces politiques à faire bloc en condamnant d’une même voix de tels agissements", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Sandrine Mörch affrontera dans la 9e circonscription de Haute-Garonne le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard (LFI) et Christophe Borgel, "Monsieur élections" du PS.

G.D. avec AFP