BFMTV

Perpignan: une coupure d'électricité généralisée pour protester contre la réforme des retraites

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Max Vetrov / AFP

Une panne d'électricité a affecté mardi matin tout le centre-ville de Perpignan. La CGT a revendiqué la coupure dans la journée, expliquant qu'il s'agissait d'une action de protestation contre la réforme des retraites.

La CGT a revendiqué une coupure d'électricité qui a affecté ce mardi matin le centre-ville de Perpignan, dont la préfecture, une action destinée à protester contre le projet de réforme des retraites, a-t-on appris auprès du syndicat.

"On revendique cette coupure qui ciblait la préfecture (des Pyrénées-Orientales) et le marché (de fruits et légumes) Saint-Charles, pour défendre le régime des retraites des salariés d'EDF-GDF", a déclaré à l'AFP Xavier Charreyron, secrétaire départemental CGT-Energie.

"Un probable acte de malveillance"

Dans la matinée, Enedis avait mis sur le compte d'"un probable acte de malveillance" la coupure, qui avait aussi privé d'électricité, à partir de 06h30, la mairie, des banques mais aussi quelque 5.000 foyers.

"Il y a eu des dommages collatéraux", a reconnu Xavier Charreyron. "On est navrés, on s'excuse auprès des particuliers. Mais on défend un régime spécifique, historique, qui concerne les agents d'astreinte qui peuvent revendiquer un départ à la retraite dès lors qu'ils cumulent 15 ans minimum d'astreinte", a-t-il ajouté. 

"Ces agents peuvent partir cinq ans plus tôt (que les autres agents), soit à 57 ans, mais ils travaillent dans des conditions difficiles, qu'il pleuve, qu'il neige et sont d'astreinte pendant une semaine", a ajouté Xavier Charreyron.

Un retour à la normale retardé

"On va défendre corps et âme ces acquis, mais on ne fait que défendre un service qui revient à la Nation", a-t-il encore fait valoir.

À Perpignan, le rétablissement du courant a été retardé par la grève contre la réforme des retraites et l'occupation du site d'Enedis, qui a empêché l'intervention des équipes d'astreinte, seuls quelques techniciens ayant pu opérer, avait indiqué dans la matinée François-Xavier Boutray, directeur territorial d'Enedis.

Peu après midi, la situation était "redevenue normale", avait-il précisé. La manifestation contre la réforme des retraites a réuni à Perpignan environ 3.000 personnes, selon la préfecture, qui avait dénombré 9.000 manifestants le 5 décembre.

J. G. avec AFP