BFMTV

Perpignan: la maîtresse espagnole, nouvelle piste de l'enquête

Des enquêteurs devant le logement de la famille Benitez, à Perpignan, le 5 août, jour de la mort de Francisco Benitez.

Des enquêteurs devant le logement de la famille Benitez, à Perpignan, le 5 août, jour de la mort de Francisco Benitez. - -

Avant de se donner la mort, Francisco Benitez aurait longuement téléphoné à une femme en Espagne, que les enquêteurs doivent auditionner.

On ne sait pas encore ce que se sont dit Francisco Benitez, mari et père des deux disparues de Perpignan, et son interlocutrice en Espagne, le 5 août dernier. Mais ils avaient vraisemblablement des choses à se dire: en explorant son téléphone, les enquêteurs ont découvert trace d'un long appel passé vers 4 heures du matin, révèle vendredi Le Figaro.

Un appel peut-être crucial, puisque Francisco Benitez s'est donné la mort ce même jour entre 5 heures et 7 heures du matin, selon les médecins légistes. Le légionnaire a été retrouvé pendu dans les sanitaires de la caserne de Perpignan où il était affecté, trois semaines après la disparition de son épouse Marie-Josée et de sa fille Allison. Il s'agit du dernier coup de fil passé depuis son téléphone.

Une possible maîtresse

Cette interlocutrice espagnole était une maîtresse de Francisco Benitez, lui-même originaire d'Espagne. Elle habitait dans la province de Gérone, au nord-est du pays, à un peu plus d'une heure de Perpignan. Elle a été entendue jeudi par les enquêteurs.

Ceux-ci ont par ailleurs réquisitionné les bandes de vidéosurveillance de la ville de Perpignan des quatorze derniers jours, a précisé une source à notre antenne.

Mathilde Tournier