BFMTV

"On ne comprend rien, on est en colère", témoigne la soeur de Sandra, retrouvée morte dans le coffre de sa voiture

La jeune femme avait disparu jeudi dernier. Elle a été retrouvée morte dimanche à Valenton, dans le Val-de-Marne, dans le coffre de sa voiture, pieds et poings liés. Sa soeur témoigne.

Sandra, une jeune femme de 23 ans, avait disparu depuis jeudi dernier. Son corps a été retrouvé dimanche soir à Valenton, dans le Val-de-Marne, dans le coffre de sa voiture. C'est la soeur de la victime qui a contacté la police, expliquant que le véhicule de cette dernière avait été retrouvé par hasard dans un endroit où il n'avait aucune raison d'être. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de Paris.

"Quand la police nous a vu, nous étions effondrés. J'hurlais, j'étais par terre incapable de me lever. J'étais en colère", raconte la soeur de la victime, Hindra, au micro de BFM Paris. "On a appris le lendemain, dans la presse, comment elle avait été retrouvée. Ce n'était pas facile de l'apprendre comme cela. Et elle était proche de nous: Valenton, c'est juste à côté de chez moi!"

"On a pas eu tant l'impression d'être aidés"

La famille de Sandra s'était rendue au commissariat de Créteil dès jeudi soir. Un signalement pour disparition inquiétante avait été diffusé le lendemain. De leur côté, ses amis et sa soeur ont mené leurs propres recherches jusqu'à ce que sa meilleure amie, Amina, trouve son véhicule par hasard. "Je rentrais à Valenton, quand j’ai aperçu le "58" sur la plaque d’une Peugeot 206, raconte-t-elle. J’ai reconnu sa peluche, son "A" de jeune conducteur effacé, les dés sur son pare-brise. J’ai appelé la police. J’en tremblais", raconte-t-elle au Parisien.

"J'en veux plus au système qui fait les lois, qui dit que tant que 24 heures ne se sont pas écoulées, ce n'est pas une disparition", explique Hindra. Et d'ajouter: "Même au bout de 24 heures, on n'a pas eu tant l'impression d'être aidés. On a fait nos recherches seuls. On sait pas ce que la police faisait. Mais, en 24 heures, il s'en passe des choses!"

Une jeune femme "sans histoires"

La victime était réputée pour être une jeune femme sérieuse et "sans histoires". Dans le voisinage, ce mardi, on décrit tristement une jeune femme "gentille", "sans problèmes" qui vivait avec sa mère et sa soeur et suivait des études de management des PME à l’Université Paris-Est-Créteil. 

"On ne sait pas ce qu'il s'est passé. On ne comprend rien, on est en colère. Comment quelqu'un peut faire ça? Comment quelqu'un peut partir, laisser un corps dans un coffre et partir faire sa vie après? C'est un état d'incompréhension total", poursuit la jeune femme. Et de conclure: "Ma soeur c'était un pilier pour moi. Je ne sais pas ce que je dois faire sans elle."

Cyrielle Cabot