BFMTV

Nancy: un octogénaire raconte aux Assises pourquoi il a tué sa femme atteinte d'Alzheimer

-

- - Illustration - BFMTV

Un homme âgé de 87 ans est jugé depuis mardi devant la cour d'Assises de Meurthe-et-Moselle pour le meurtre de sa femme en 2015.

Une première journée d'audience difficile à Nancy. Un homme de 87 ans jugé pour le meurtre de sa femme a dû expliquer aux juges les raisons de son geste, comme le détaille France Bleu Lorraine. Rémo C., ancien vendeur de bonbons, était marié depuis 59 ans avec son épouse, Anne-Marie, et voyait son état de santé se dégrader lors des deux dernières années. 

Elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer et elle perdait pied avec la réalité, ce qui compliquait les choses au quotidien, selon lui. Mais cet habitant de Gélacourt refusait de la placer dans une maison de retraite malgré tout.

"Elle n'aurait jamais accepté" une maison de retraite

"On allait fêter nos noces de diamant, nous avons toujours tout fait ensemble, on marchait main dans la main. Pour moi, c'était une sainte, pas un brin de malice, je n'avais rien à lui reprocher", raconte-t-il lors de l'audience, comme le rapporte France Bleu.

Selon l'octogénaire "elle n'arrivait plus à cuisiner, elle laissait le gaz allumé et au téléphone, elle ne reconnaissait plus personne". Toutefois, s'il assure "qu'elle n'aurait jamais accepté" d'être placée dans une maison de retraite, il reconnaît devant la présidente qu'il n'a pas demandé l'avis de sa femme avant de passer à l'acte. 

Il a décidé tout seul de l'asphyxier

"Je n'ai pas évoqué le sujet avec elle. J'avais décidé que l'on partirait tous les deux en même temps, j'ai donc pris cette décision radicale tout seul", assure-t-il avant que son avocate renforce son propos en disant que "parfois, il n'est pas besoin de mots pour se comprendre".

Il a donc décidé de l'asphyxier avec un sac en plastique avant de tenter de suicider en se pendant avec une ceinture. Les secours arrivés sur place sont parvenus à le réanimer, mais pas son épouse. Son procès se déroule jusqu'au jeudi 9 mars, date à laquelle on connaîtra le verdict des juges.

James Abbott