BFMTV

"Most Wanted": Europol aux trousses du Français Joël Soudron, trafiquant de cocaïne international

Joël Soudron, le Français le plus recherché d'Europe.

Joël Soudron, le Français le plus recherché d'Europe. - Europol

Au total, les enquêteurs le soupçonnent d'avoir acheminé entre 2005 et 2011 plus d'une trentaine de cargaisons de poudre blanche entre les Caraïbes et l'Europe.

Soupçonné d'être un trafiquant international de cocaïne, le très discret Joël Soudron est depuis vendredi l'homme le plus recherché de France et fait partie de la soixantaine de visages "Most Wanted" diffusés partout par Europol. Chaque année, l'agence européenne de police criminelle met en avant le pedigree et la carte d'identité de fugitifs originaires des pays de l'UE avec l'espoir de susciter de nouveaux témoignages et d'ouvrir de nouvelles pistes d'enquête pour mettre fin à leur longue cavale.

La France a cette fois jeté son dévolu sur Joël Soudron, un Français de 42 ans originaire de Guadeloupe. Sur la photo mise en ligne par Europol, le quadragénaire apparaît barbu, le crâne rasé, vêtu d'une tenue traditionnelle africaine noire et bleue. Il est traqué par les enquêteurs de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) en raison des soupçons qui pèsent sur lui dans l'organisation d'un vaste trafic de cocaïne entre les Antilles et la métropole.

"Grande surprise"

En 2004, le tribunal correctionnel de Créteil le condamne, en son absence, à six ans de prison pour des faits de narcotrafic remontant à 2002. Le système, ingénieux, consistait à faire passer la drogue dans des cages où nichaient des chiens achetés à la SPA et dont la présence devait gêner le flair des canidés de la douane à l'aéroport d'Orly.

Sept ans plus tard, lorsque les policiers de l'Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris, ancêtre de l'Office antistupéfiants, Ofast) remontent la trace de 230 kg de cocaïne saisis dans le port du Havre, ils tombent des nues. La personne qu'ils identifient en 2011 comme étant le cerveau du réseau, Joël Soudron, leur est totalement inconnue parmi les gros poissons.

"Il est apparu directement à la tête d'un trafic immense, à la grande surprise de tout le monde", souligne un policier.

Au total, les enquêteurs le soupçonnent d'avoir acheminé entre 2005 et 2011 plus d'une trentaine de cargaisons de poudre blanche entre les Caraïbes et l'Europe. En Guadeloupe, 270 kg de cocaïne et 280.000 euros en liquide avaient été saisis dans les locaux de la société expéditrice.

Joël Soudron, qui dissimule son identité derrière plusieurs alias, comme James Olivier Kane ou Max Bernard Honorat Dalon, reste lui insaisissable, usant de plusieurs faux passeports de différentes nationalités. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'il est mis en cause dans une affaire de trafic de stupéfiants.

En Afrique de l'Ouest

L'argent de la drogue, "plusieurs dizaines de millions d'euros" selon un policier, Joël Soudron l'aurait ensuite beaucoup investi dans l'économie légale en Afrique francophone dans des secteurs aussi variés que "l'immobilier, un restaurant, l'évènementiel". Le tout, sans jamais apparaître, utilisant de multiples prête-noms servant à la création de sociétés-écrans.

Son parcours est difficile à retracer dans son intégralité mais il a beaucoup voyagé en Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal, en Guinée et au Mali où il a été interpellé en 2016, avant d'être extradé en France et incarcéré à la prison de Réau (Seine-et-Marne) pour purger la peine prononcée en 2004.

Mais en septembre 2018, il profite d'une permission de sortie pour s'enfuir et disparaître des radars. La BNRF présume qu'il est retourné en Afrique pour y poursuivre ses activités florissantes.

"On a déjà eu des narcotrafiquants d'ampleur. Mais pas comme lui avec autant d'argent, de sociétés dans de nombreux pays, et une volonté de discrétion", loin des flambeurs de la Costa del Sol ou de Dubaï, souligne un enquêteur.

Continue-t-il le trafic de cocaïne? "Rien ne l'étaie", poursuit-il. "Mais s'il est aussi intelligent que l'on pense...". La BNRF espère que cette campagne 2021 d'Europol sera aussi fructueuse que celle de l'an passé. Le Français François di Pasquali, désigné fugitif le plus recherché de France, pour un viol commis en 2009 sur une octogénaire à Saint-Étienne, avait été arrêté trois mois plus tard près de Barcelone

AL avec AFP