BFMTV

Mort de Cédric Chouviat: son père dénonce "un tissu de mensonges complet" de la part des policiers

Le père de Cédric Chouviat, le livreur mort en janvier dernier après son interpellation à Paris, dénonce "un tissu de mensonges complet" de la part des policiers mis en cause dans la mort de son fils.

Le père de Cédric Chouviat accuse les policiers mis en cause dans le décès du chauffeur-livreur de 42 ans de mentir, alors que son fils est mort d'un arrêt cardiaque en janvier dernier après une interpellation près de la tour Eiffel à Paris.

"C'est un tissu de mensonges", s'indigne Christian Chouviat sur le plateau de BFMTV, ce jeudi soir. "Tout ce qu'ils disent, ça n'a rien à voir avec les témoignages, il y a des images, des photos, différents enregistrements et notamment celui du téléphone portable de mon fils, car son casque était ouvert."

Trois des quatre policiers mis en examen

Christian Chouviat affirme, sur notre antenne, ne pas croire un mot de la version des policiers présents lors du contrôle routier de son fils. "Quand il a crié sept fois 'j'étouffe', eux disent qu'ils ne l'ont pas entendu... C'est des menteurs, vous êtes à 10 centimètres de quelqu'un qui vous dit 'j'étouffe', et vous ne l'entendez pas ...", souffle-t-il. "Ce n'était pas non plus les Champs-Élysées à 20 heures heure de pointe!".

Trois des quatre policiers présents lors du contrôle routier houleux de Cédric Chouviat ont été mis en examen les 7 et 8 juillet pour "homicide involontaire", une qualification pénale trop légère, pour la famille de ce livreur.

Le père de Cédric Chouviat dit souhaiter que ces policiers "aillent en prison, qu'ils comprennent ce qu'est la douleur de ne plus voir ses enfants, d'être séparé de sa famille. (...) Je veux qu'ils reconnaissent leur erreur, car qu'on le veuille ou non ils ont fait une erreur", a-t-il encore déclaré.

Me Laurent-Franck Liénard, interrogé sur BFMTV ce jeudi, affirm au contraire que ses clients n'ont pas entendu Cédric Chouviat se plaindre de ne plus pouvoir respirer. "Dès qu'ils se sont rendus compte qu'il y avait un problème, ils ont tenté de lui porter secours", assure l'avocat de deux des policiers mis en cause ce jeudi sur notre antenne. "Ce ne sont pas des gens qui se lèvent le matin pour tuer des citoyens, vraiment pas".

L'avocat explique que l'un de ses clients, un jeune policier d'une vingtaine d'années, ne comprend pas sa mise en examen. "Il s'en moque un peu, car ce qui impacte ce jeune homme, c'est la mort de Cédric Chouviat. Le traitement judiciaire derrière, il s'en fiche. Il est là pour que la vérité sorte, que l'enquête soit faite, comprendre ce qui s'est passé", assure Me Laurent-Franck Liénard. "Aujourd'hui, ce jeune policier subit l'enquête, les suites judiciaires, il attend de comprendre et c'est tout".

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV