BFMTV

Mort d'Élisa Pilarski: imbroglio autour d'une cagnotte créée pour venir en aide à ses proches

Elisa Pilarksi, la jeune femme enceinte tuée par des chiens, dans une forêt de l'Aisne

Elisa Pilarksi, la jeune femme enceinte tuée par des chiens, dans une forêt de l'Aisne - - Facebook

A l'heure actuelle, la somme de 6800 euros qui devait être destinée à la défense de l'un des chiens du couple reste bloquée par la plate-forme en ligne.

L’affaire, qui remonte au 16 novembre passé, avait profondément touché l’opinion publique. Ce jour-là, Élisa Pilarski, une jeune femme de 29 ans, enceinte au moment des faits, avait été tuée par, semble-t-il, une attaque de chiens alors qu’elle promenait son propre canidé dans la forêt de Retz, dans le département de l’Aisne.

Plus de deux mois plus tard, l’enquête se poursuit et les résultats des tests ADN réalisés sur 62 animaux qui participaient à une chasse à courre à proximité, ainsi que les cinq chiens du couple qu'elle formait avec Christophe Ellul, doivent être communiqués prochainement.

Entre-temps, le compagnon de la défunte a dû faire face à de graves difficultés. Comme le rapporte le quotidien L’Union, ce dernier tente, depuis plusieurs semaines, de récupérer la somme collectée via une cagnotte Leetchi mise en ligne par une inconnue peu après le drame.

Les fonds devaient servir à défendre Curtis, le chien qui se trouvait avec la victime au moment du drame, et qui est depuis sous réquisition judiciaire à la fourrière de Beauvais.

Dons de voyance et harcèlement

Sur sa page Facebook, le compagnon de la jeune femme explique la situation et la raison pour laquelle les fonds, qui s’élèvent à 6800 euros, restent bloqués.

"Nous ne pouvons toujours pas régler les avocats ni la structure qui devrait l'accueillir car Marjo Tortosa, la personne à qui nous avons demandé de créer la cagnotte, s'est permis de se l'approprier au moment où nous avons voulu débloquer l'argent. Malgré de nombreuses mises en garde des avocats et de différentes structures de la protection animale, nous lui avons fait confiance et nous le regrettons."

Dans les colonnes du Parisien, des proches du veuf vont plus loin, et estiment quant à eux que cette personne a "profité de notre malheur pour abuser de notre confiance."

De plus, il semble que l’intrusion de Marjo Tortosa dans le quotidien de Christophe Ellul confine au harcèlement.

"Elle s'est appropriée le deuil d'Elisa et Enzo (l'enfant qu'elle portait au moment de sa mort, ndlr) sur les réseaux de façon très malsaine et elle est devenue très intrusive dans notre vie privée ainsi que dans celle d'Elisa, qu'elle ne connaissait pas. Elle a profité de ma tristesse pour me faire part de ses soi-disant dons de voyance et ce, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, comme quoi Elisa était avec elle et voulait communiquer avec moi", explique-t-il encore.

Trafic de chiens

Dans ce qui semble ressemble à un match à distance sur les réseaux sociaux, Marjo Tortosa, qui utilise une photo de la défunte comme image de profil sur Facebook, a également donné sa version des faits, assurant qu’elle avait demandé à Leetchi de débloquer la somme. Pour elle, "on essaie de lui faire porter le chapeau."

Cette dernière n’hésite d’ailleurs pas à attaquer frontalement Christophe Ellul, qui serait selon elle à l’origine du maintien de Curtis en fourrière.

"Christophe s'est séparé de ses propres chiens dès le début. Il a jamais été voir Curtis. Curtis est en fourrière car c'est un chien qui ne devrait pas exister en France. Et ça n'a rien à voir avec le drame ni les test ADN […] c’est un trafic de pit (pitbull, ndlr)", accuse-t-elle.

Ce jeudi, la cagnotte avait été clôturée par le site Leetchi. 

Hugo Septier