BFMTV

Mort d'Adama Traoré: les rapports du Smur et des pompiers manquent au dossier

Selon l'avocat des proches d'Adama Traoré, mort lors de son interpellation le 19 juillet dernier, des rapports de services d'urgences manquent au dossier.

Les circonstances de la mort d'Adama Traoré, décédé lors de son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) le 19 juillet dernier, sont encore floues malgré les deux autopsies déjà pratiquées. L'avocat de la famille du jeune homme a déploré, mercredi, que les rapports des secours intervenus lors du décès d'Adama Traoré, n'aient pas été versés au dossier.

Des documents "entrain d'être recueillis" selon le procureur

Le rapport du Smur (Structure mobile d'urgence et de réanimation) et ceux des pompiers manquent au dossier, a assuré maître Yassine Bouzrou à l'AFP, confirmant une information de Mediapart. Tout comme l'expertise de la voiture de gendarmerie, selon lui. 

"Entre l'interpellation d'Adama Traoré à 17h45 et le constat de son décès à 19h05, nous n'avons aucun témoignage autre que ceux des gendarmes pour savoir ce qui s'est passé", a regretté l'avocat, qui a dit ne pas exclure de demander une enquête pour "dissimulation de preuve".

Yves Jannier, le procureur de la République à Pontoise, affirme pour sa part que "si ces documents ne sont pas actuellement dans le dossier, c'est parce qu'ils sont en train d'être recueillis ou font l'objet des investigations en cours dans le cadre de la commission rogatoire".

L'enquête ne "souhaitait pas arriver à la vérité"

Sur BFMTV, Yassine Bouzrou, s'est interrogé sur cette réponse: "Qui peut croire que des médecins et des pompiers aient besoin de 15 jours pour rédiger un rapport?" Il doit être fait "le jour même". L'avocat estime faire face à un "vrai problème judiciaire" et à une enquête qui "ne souhaitait pas arriver à la vérité". 

"Nous nous rendons compte que l'enquête qui a été menée au départ n'était pas une enquête sérieuse et que le juge d'instruction indépendant ne dispose pas des éléments", ajoute-t-il.

Il évoque un "dysfonctionnement" du côté du procureur de la République puisque "les médecins légistes auraient du avoir ces documents". 

La cause de l'asphyxie toujours floue

Les deux rapports d'autopsie s'arrêtent sur deux points: la mort d'Adama Traoré est due à un syndrome asphyxique et le corps ne présente pas de traces de violence. Mais la cause de l'asphyxie est passée, en fonction des rapports et des déclarations du procureur de la République, Yves Jannier, de la maladie cardiaque à l'infection. Le syndrome asphyxique pourra définitivement être expliqué après un résultat complet des analyses, attendu mi-août.

Les proches d'Adama Traoré dénoncent quant à eux une bavure lors de son interpellation. Un des gendarmes a d'ailleurs expliqué avoir pratiqué ce qui s'apparente à un plaquage ventral. Yassine Bouzrou a affirmé que les gendarmes "se sont mis à trois" sur le jeune homme et ont "utilisé tout leur poids sur son corps". L'avocat a annoncé que la famille d'Adama Traoré allait porter plainte pour "violences volontaires". 

M.L. avec AFP