BFMTV

Meurtre à coups de marteau: le mari hypocondriaque condamné à 10 ans de réclusion

BFMTV

La cour d'assises des Hauts-de-Seine a condamné mercredi à dix ans de réclusion un père de famille qui avait tué sa femme à coups de marteau, persuadé d'être atteint d'une maladie incurable et craignant qu'elle ne refasse sa vie avec un autre. 

L'homme, jusqu'ici sans histoire, avait un matin d'octobre 2010 frappé son épouse à cinq reprises violemment derrière la tête. Les coups avaient été portés de manière très espacée et la victime, enseignante à Antony, avait agonisé de longues heures avant d'être découverte par l'aîné des trois enfants, gisant dans son sang, à leur domicile.

Le parquet avait requis quatorze ans de réclusion à l'encontre du quadragénaire, réfutant l'hypothèse, défendue par la défense, d'une "abolition du discernement", qui aurait entraîné son irresponsabilité pénale.

La cour a sur ce point donné raison au ministère public, estimant que "la décision (de tuer, ndlr) avait été prise avec une lucidité suffisante", et que l'accusé était donc responsable de son acte.

"Cependant sa grave dépression et sa forte angoisse ont altéré son discernement", a souligné la présidente du tribunal, Arielle Bailet.

L'accusé, employé dans de grandes banques internationales puis dans la branche de financement de Renault, était devenu gravement dépressif et hypocondriaque après s'être cassé une clavicule lors d'un accident de vélo en mai 2010.