BFMTV

Meurthe-et-Moselle: un délégué syndical FO se suicide dans un hypermarché

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Christophe Archambault - AFP

Il a mis fin à ses jours sur son lieu de travail, un hypermarché Leclerc situé à Vandoeuvre-lès-Nancy. Dans une lettre, il évoquerait des difficultés professionnelles et personnelles.

Un délégué syndical FO s'est suicidé samedi matin sur son lieu de travail, un hypermarché de Vandoeuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), laissant une lettre où il met en cause, notamment, des difficultés professionnelles, a-t-on appris de sources concordantes.

"Nous venons d'apprendre le suicide sur son lieu de travail de notre camarade (...) délégué syndical FO à Leclerc Vandoeuvre", a publié sur sa page Facebook l'union départementale de Meurthe-et-Moselle FO, qui avait appelé les militants FO à se rendre devant le magasin à 11 heures.

Les images de vidéo-surveillance du magasin ont montré l'homme tirant un trans-palette dans le rayon où il travaillait, s'arrêtant pour sortir une arme et la retournant vers lui-même avant de tirer, a confirmé le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

Les faits se sont déroulés peu après 5 heures, heure à laquelle ce salarié avait commencé son travail. Sur le corps "a été retrouvée une lettre expliquant son geste et faisant état de difficultés dans le cadre de son travail ainsi que de difficultés personnelles", a indiqué M. Pérain.

"Une enquête pourra être ouverte"

Une procédure de recherche des causes de la mort a été ouverte. "Au regard des résultats de cette première phase d'investigations, une enquête pourra être ouverte pour harcèlement moral et homicide involontaire", a précisé M. Pérain.

"C'est dramatique, intolérable qu'un salarié soit réduit à un tel désespoir au travail" a réagi le secrétaire général de FO Yves Veyrier, dans un message publié sur Facebook par le syndicat.

Un hommage a été rendu à ce délégué syndical, lors de la manifestation contre la réforme des retraites samedi matin à Nancy. Les manifestants ont scandé son prénom, peut-on constater dans une vidéo publiée sur le site de l'Est Républicain.

Ju. M. avec AFP