BFMTV

Marseille: un homme tué au volant d'un tir en pleine tête

Un homme d'une trentaine d'années a été abattu au volant de sa voiture samedi matin à Marseille.

Un homme d'une trentaine d'années a été abattu au volant de sa voiture samedi matin à Marseille. - -

Un trentenaire a été abattu dans le 14e arrondissement de la cité phocéenne par un coup de fusil de chasse tiré en pleine tête.

Un homme d'une trentaine d'années a été abattu samedi matin dans le 14e arrondissement de Marseille par un coup de fusil de chasse tiré en pleine tête. C'est une riveraine qui a découvert, samedi vers 9 heures, la victime mortellement touchée au volant de son véhicule, phares allumés et dont le moteur tournait encore.

Mais selon les premiers éléments de l'enquête de voisinage, deux coups de feu ont été entendus vers 3h15, et il se pourrait que l'agression ait eu lieu à cette heure-là, selon une source proche de l'enquête, relevant que l'expertise médico-légale devrait encore le confirmer. L'homme se trouvait au volant de sa voiture lorsqu'il a été mortellement touché. Une douille de calibre 12 a été retrouvée près de son véhicule.

Selon Catherine Alexandre, procureur adjointe de Marseille, la victime "est un garçon qui n'appartenait pas au banditisme". Il n'était "pas très défavorablement connu de nos services", poursuit-elle.

Pas forcément un règlement de comptes

La victime, âgée de 34 ans, avait été condamnée une seule fois pour violences et travail clandestin. Il était employé dans la boucherie familiale, située à une centaine de mètres de la résidence. L'enquête ne dispose d'"aucun témoin" des faits à ce stade, a indiqué devant la presse la magistrate, qui s'est rendue sur place.

Selon une source proche de l'enquête, au vu de son profil et de l'arme utilisée contre lui, il ne s'agit pas forcément d'un "règlement de comptes" comme il s'en produit à Marseille, souvent sur fond de trafic de stupéfiants. "Ce n'est pas les méthodes classiques du réglement de comptes", a confirmé la représentante du parquet.

"Les investigations sont en cours pour trouver le mobile, on ne fait pas ça sans mobile", a indiqué, également sur les lieux, le préfet de police Jean-Paul Bonnetain, relevant que "visiblement c'est une affaire organisée". Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle de la PJ de Marseille, déjà en charge de nombreux dossiers d'homicides par balles.

L. B. avec AFP