BFMTV

Maëlys: un rappeur écrit une chanson hommage à la petite fille

Un rappeur amateur a mis en ligne sur sa page Facebook un morceau rendant hommage à la petite fille. La vidéo a été vue plus de 600.000 fois et a été partagé par la mère de Maëlys.

"Et je prie chaque jour pour toi p’tite Maëlys, ce qui t’es arrivé, mon dieu, aurait pu arriver à mon fils." Ces mots sont ceux de Mone Lakame, un rappeur amateur habitant à Marseille, qui a mis en ligne sur sa page Facebook le 16 février dernier un morceau rendant hommage à la petite fille tuée par Nordahl Lelandais le 27 août dernier. La vidéo a été vue à ce jour plus de 600.000 fois.

"Une lettre" pour Maëlys

Le 14 février, Mone Lakame a suivi dans les médias, comme le reste des Français, la journée marquée par les aveux de Nordahl Lelandais puis la découverte d'ossements appartenant à l'enfant. "J’ai suivi l’histoire de Maëlys, au jour le jour, depuis le mois d’août, le jour où il a avoué l’avoir tuée, ce soir-là ça m’a choqué, ça m’a perturbé, ça m’a fait beaucoup de peine", confie-t-il à BFMTV. Pour extérioriser cette histoire, il va écrire une chanson, lui qui a l'habitude de noircir du papier pour exprimer ses émotions.

"C’est une lettre pour elle, pour ses parents, pour sa famille", explique Mone Lakame, originaire de Grenoble mais installé à Marseille depuis deux ans. Il reconnaît toutefois avoir hésiter à la rendre publique au risque d'être accusé d'"indécence".

Aux premières notes de musique, Mone Lakame associe un passage d'un journal télévisé parlant des aveux de Nordahl Lelandais. "Je n’ai pas pu te dire au revoir, comment savoir que ce soir-là c’était ton dernier regard que tu m’as adressé tendrement, toi mon enfant, partie dans le vent que j’aimais passionnément", enchaîne le rappeur amateur. Il fait référence à la disparition soudaine lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, dans la nuit du 26 au 27 août 2017.

"Quand je regardais mon fils, je pensais à Maëlys, et je me suis dit que ça aurait pu être lui, reconnaît Mone Lakame. On a tous été dans des mariages, on a tous bu des petites coupettes et laissé jouer nos enfants à l’extérieur. On est en totale confiance dans ces moments-là et on fait la fête."

Partagé par la mère de la fillette

Dans ses paroles, le rappeur se demande "comment imaginer la douleur" des parents de Maëlys. "Je n’ai pas pu te protéger c’est ce qui me rend le plus triste (...), rappe-t-il. Ce qu’il nous a pris, jamais il nous le rendra." Ces mots ont trouvé un vif écho sur le réseau social. Une semaine après sa publication, la vidéo a été vu plus de 600.000 fois. L'initiative de Mone Lakame semble avoir touché la famille de Maëlys. Certains membres de la famille ont partagé la vidéo, à commencer par la maman de la petite fille.

"J’ai reçu un message du cousin de la maman qui me disait que ce que j’avais fait était super et qu’ils avaient besoin de ce genre de chose, que ça les soutenait", indique le musicien amateur avant de conclure: "Je suis de tout cœur avec eux, la France entière est avec eux".

J.C.