BFMTV

Lyon : une centaine de Roms mis à la porte d'un gymnase

L'incendie du squat de Roms, survenu dans la nuit du 12 au 13 mai, avait fait trois morts - une femme et deux enfants.

L'incendie du squat de Roms, survenu dans la nuit du 12 au 13 mai, avait fait trois morts - une femme et deux enfants. - -

Une centaine de Roms, dont la moitié d'enfants, ont été mis à la rue mercredi après la fermeture d'un gymnase de Lyon, où la préfecture les avait placés après l'incendie de leur squat.

Leur squat avait brûlé. La préfecture les avait placés dans un gymnase. Une centaine de Roms, dont la moitié d'enfants, en ont été expulsés ce mercredi. Le cabinet du préfet du Rhône a expliqué que la fermeture du local, situé dans le VIIIe arrondissement, avait entraîné cette décision et que l'accueil des Roms avait été "organisé de façon temporaire".

"Une expulsion injustifiée"

"C'est une expulsion et cette fois-ci elle n'est pas justifiée comme d'habitude par l'insalubrité des lieux, ni leur dangerosité", a déclaré un représentant du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap). L'incendie du squat de Roms, survenu dans la nuit du 12 au 13 mai, avait fait trois morts - une femme et deux enfants. Environ 200 personnes avaient trouvé refuge dans le gymnase après le sinistre. Soixante ont été relogées par la préfecture du Rhône dans une caserne de gendarmerie de Bron, 25 autres ont quitté Lyon mardi pour la Roumanie.

J.V. avec Reuters