BFMTV

Lyon: ils filment la manifestation du 4e étage, un projectile explose à leur fenêtre

"On a dû évacuer l'appartement parce qu'il était complètement enfumé de gaz lacrymogène et on avait les yeux qui pleuraient et la gorge qui brûlait", raconte sur BFMTV Marie, qui a filmé la scène.

Lors de la mobilisation contre la réforme des retraites ce samedi après-midi à Lyon, des étudiants accoudés au quatrième étage d'un appartement observaient et filmaient la manifestation. Dans une vidéo de quatre secondes, devenue virale, on peut voir un objet, duquel s'échappe des étincelles, leur arriver droit dessus.

"Une altercation a commencé entre des manifestants et des policiers, on était juste en train de la filmer et on a reçu une sorte de grenade lacrymogène qui est entrée dans l'appartement", raconte sur BFMTV l'étudiante à l'origine de la vidéo.

Emma, qui occupe le logement où la scène s'est déroulée, a raconté au Parisien que la scène s'est déroulée aux alentours de 15h30. Elle dit être encore sous le choc de cet événement: "Le truc a rebondi sur le bras de mon ami à la fenêtre et a fini sa course dans l'appartement. Il a eu de la chance il avait un gros pull qui a amorti le choc", raconte-t-elle, assurant tout de même avoir "reçu des éclats du projectile". Aucun d'entre eux n'a toutefois été blessé.

"On a eu peur que ça crame"

L'étudiante assure qu'elle et son groupe d'amis n'ont fait "aucun geste agressif" et observaient juste ce qui se passait sous leurs fenêtres. Une fois le projectile dans l'appartement, une fumée s'est répandue, obligeant le groupe à sortir, "on a eu peur que ça crame", raconte Emma.

"On a réussi à récupérer [le projectile], après on a dû évacuer l'appartement parce qu'il était complètement enfumé de gaz lacrymogène et on avait les yeux qui pleuraient et la gorge qui brûlait", raconte également Marie sur BFMTV.

Marie a ensuite posté sur son compte Twitter une photo de l'objet projeté au 4e étage, à l'aspect brûlé. Elle déclare également sur le réseau social avoir porté plainte, "l'enquête est en cours", écrit-elle. L'étudiante semble assez certaine que le projectile vient des forces de l'ordre: dans une vidéo, elle zoome sur un policier tirant en l'air, a priori dans sa direction.

"Il n'y a pas assez d'éléments pour déterminer si c'est une grenade lacrymogène ou une fusée de détresse d'un manifestant, cela demande plus d'investigations", déclare au Parisien le service communication de la Direction Départementale de Sécurité Publique du Rhône, ajoutant qu'elles "sont en cours pour comprendre l'origine du tir".
Salomé Vincendon