BFMTV

Les majestueuses princesses d'Alexander McQueen

A l'avant dernier jour des défilés parisiens de prêt-à-porter automne hiver 2011, Alexander McQueen a livré une lumineuse collection vouée aux princesses des temps modernes. Sous les voûtes de la Conciergerie, les majestueuses robes blanches ou noires déf

A l'avant dernier jour des défilés parisiens de prêt-à-porter automne hiver 2011, Alexander McQueen a livré une lumineuse collection vouée aux princesses des temps modernes. Sous les voûtes de la Conciergerie, les majestueuses robes blanches ou noires déf - -

par Pascale Denis PARIS (Reuters) - A l'avant dernier jour des défilés parisiens de prêt-à-porter automne hiver 2011, Alexander McQueen a livré une...

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - A l'avant dernier jour des défilés parisiens de prêt-à-porter automne hiver 2011, Alexander McQueen a livré une lumineuse collection vouée aux princesses des temps modernes.

Sous les voûtes de la Conciergerie, les majestueuses robes blanches ou noires défilaient comme d'irréelles princesses du 16e siècle, blanches ou noires.

Pour sa deuxième collection, Sarah Burton, fidèle collaboratrice du couturier disparu il y a un an, signe ici une oeuvre à la fois spectaculaire et empreinte de poésie.

Sur un buste menu et corseté, gansé de métal argenté, orné parfois de savants quadrillages de lanières de cuir, de laçages ou de cols montants très "Marguerite de Valois" dévoilant les épaules, les jupes courtes s'évasent en ondulantes coroles bordées de fourrure.

Les vestes doucement épaulées, elles aussi agrémentées de fourrure, étranglent une taille largement ceinturée.

La fourrure, très travaillée, en ondulations, ou laissé plus libre, peut aussi parer toute la jupe, donnant aux modèles des allures d'oiseaux rêvés.

PERFORMANCES

En version longue, très théâtrales, les robes offrent d'immenses traînes mousseuses, en cascades de tulle ou de plumes d'autruche.

Le blanc immaculé de ces princesses des glaces contraste avec le noir des reines de la nuit, vêtues de robes près du corps en velours dévoré et jupons à lanières ou d'étroites robes manteaux aux bustes toujours corsetés et toujours réchauffés par de la fourrure.

Une longue robe bustier noir se pare d'une splendide cape en plumes d'autruche. D'autres magnifient les épaules par de sobres et savantes découpes.

On trouve aussi quelques subtils passages de gris et de lainages cloutés de métal.

Sarah Burton reste fidèle, comme toujours chez McQueen, à la recherche des matières, souvent précieuses.

Elle poursuit aussi la recherche des performances techniques, comme pour cette robe au bustier de mosaïque faite de céramiques multicolores évoquant les plus riches heures des parures de la Renaissance.

La griffe du groupe PPR est considérée comme une des plus créatives du moment.

Edité par Jean-Philippe Lefief