BFMTV

Le suspect écroué n’est « pas un tueur de flic »

Un suspect écroué dans l'affaire de la fussillade sur l'A4

Un suspect écroué dans l'affaire de la fussillade sur l'A4 - -

L'homme placé en garde à vue depuis jeudi dans l'enquête sur la fusillade qui a coûté la vie à une policière municipale près de Paris, a été mis en examen et écroué. Son avocat s’explique.

Un des membres du commando qui a abattu une policière municipale lors d’une fusillade à Villiers sur Marne a été mis en examen hier, lundi soir. Une information judiciaire a été ouverte notamment pour assassinat et tentative d'assassinat. Il a été écroué.

Deux autres personnes ont été identifiées grâce à des empreintes digitales, traces ADN et des images de vidéosurveillance prises par les caméras de l'autoroute A4, où s'est déroulée en partie la fusillade. La police est maintenant à leur recherche.

« Il s’est rapidement rendu le plus visible possible »

Malek Khider, 42ans, avait été arrêté dès jeudi soir. Il reconnaît faire partie des malfaiteurs, mais nie être un des tireurs. Au moment de la fusillade, il conduisait le deuxième véhicule des braqueurs, comme le raconte son avocat, Me Joseph Cohen Sabban : « en entendant à la radio qu’il y a une fusillade, il comprend l’enjeu et ne veut pas s’associer à cela. Il ne sait pas, à ce moment-là, qu’il y a un policier mort et un blessé. Il se rend alors le plus visible possible : il utilise son téléphone personnel pour appeler son employeur, va à la banque, va chercher sa fille à l’école et emmène son fils au hockey. En réalité, il se fait un alibi, pour le cas où on le trouve. Il démontre ensuite aux policiers qu’il n’a pas tiré et ne faisait pas partie du groupe de ceux qui ont tiré. »

« Pas un sale type, ni un violent, et surtout pas un tueur de flic »

Condamné deux fois pour vol à main armée, séquestration et violences entre 1988 et 1998, Malek Khider est connu de la police. « Mais il y a des vols armés sales et propres, ajoute son avocat, qui tient à distinguer son client, des membres du commando qui ont ouvert le feu : C’est un garçon qui fait plutôt asseoir les vieilles dames dans la banque en disant qu’il ne veut pas leur argent ou qu’il ne tire pas. Il appartient au "banditisme de papa" ; c’est pas un sale type, ni un violent. On est venu le rechercher parce qu’il est fiable ; c’est quelqu’un qui ne s’enfuira pas, qui ne dénoncera pas. Et il n’est pas un tueur de flic. »

La Rédaction, avec Yannick Olland