BFMTV

La vie en prison de Patrick Balkany, surnommé "papa" par d'autres détenus

Depuis qu'il est incarcéré, Patrick Balkany sort peu de sa cellule, et reste discret, selon les informations de BFMTV.

Depuis presque un mois, le maire de Levallois-Perret dort derrière les barreaux de la prison de la Santé, à Paris. Patrick Balkany a été condamné le 13 septembre dernier pour fraude fiscale, à quatre ans de prison ferme, avec incarcération immédiate

Dans cet établissement, il se trouve à l'étage "des personnes vulnérables", une trentaine de cellules dans un quartier étanche de la prison où sont notamment gardées les personnalités médiatiques. Il vit actuellement seul dans une cellule de 9 mètres carrés, qu'il quitte peu, selon nos informations.

Des liens d'amitié noués avec d'autres détenus

"C'est quelqu'un qui est relativement calme et qui ne sort pas beaucoup de sa cellule", explique Erwan Saoudi, délégué régional Force Ouvrière-Pénitentiaire, à BFMTV.

Discret, il ne sort jamais dans la cour de promenade. Les seuls détenus qu'il croise sont ceux qui apportent chaque jour ses repas. Il a d'ailleurs noué des liens d'amitié avec eux, si bien qu'ils surnomment Patrick Balkany "papa". 

"Il n'y a pas de plus, de petit luxe ou de choses qui lui sont accordées et qui ne le seraient pas à quelqu'un d'autre", assure Erwan Saoudi.

Trois parloirs par semaine

Trois fois par semaine, l'ex-maire de Levallois quitte quand même sa cellule, le temps d'un parloir avec sa femme, ses deux enfants ou encore ses deux frères. Les seuls autorisés à lui rendre visite en dehors de cette liste sont ses avocats. Il bénéficie également d'une télévision et d'un téléphone payant dans sa cellule, avec lequel il appelle chaque jour sa femme, qui assure les fonctions de maire de Levallois en son absence.

Après une visite en prison, Isabelle Balkany avait trouvé son mari "très fatigué et amaigri". "On ne peut apporter que trois journaux, il y a des règles, quelques-unes me paraissent un peu étonnantes, mais je les respecte", avait-elle déclaré.

Patrick Balkany et son épouse devront à nouveau se présenter devant le tribunal le 18 octobre prochain, pour blanchiment de fraude fiscale et corruption. Dans ce second volet, le parquet avait requis une peine de sept ans de prison avec incarcération immédiate pour Patrick Balkany et de quatre ans avec sursis pour son épouse. 

Alexandra Gonzalez