BFMTV

La RATP ouvre une enquête interne, après une vidéo de l'agression d'un sans-abris par un maître-chien

Les femmes utilisent davantage les transports en commun que les hommes.

Les femmes utilisent davantage les transports en commun que les hommes. - Flickr/Katsuhiro

Depuis plusieurs jours, une vidéo postée sur Facebook puis Twitter inquiète la RATP. Et pour cause. A la station Nation, un maître-chien est filmé en train de réveiller un sans-domicile avec son chien. Une enquête interne a été ouverte, a-t-on appris ce jeudi.

Au sol un homme dans un duvet bleu s'est endormi. Debout face à lui, trois personnes. L'un d'eux, un gilet orange sur le dos, utilise son chien pour le tirer de son sommeil. Le chien est désormais à quelques millimètres de la tête de ce sans-domicile. Des aboiements appuyés se font entendre. Le chien semble donner des coups de pattes à l'homme endormi. A côté de lui, les deux autres personnes, en tenue de la RATP, restent les mains dans les poches et observent. 

Ces dix secondes partagées samedi sur Facebook ont ensuite été relayées lundi sur Twitter. Depuis, cette séquence a été visionnée plus de 400.000 fois au total. Derrière cette vidéo, une jeune étudiante à Nanterre explique avoir été "très choquée" par un tel agissement. C'est sa tante qui a posté la vidéo.

La scène se serait déroulée dans les couloirs de la station Nation, samedi soir vers 23h. Pour l'heure, la RATP dit ne pas pouvoir confirmer l'heure ou le lieu exact de cet acte. Contactée par BFMTV.com, la société de transport renvoie vers un communiqué. 

143.000 personnes dorment dehors

"En ce qui concerne la vidéo postée lundi 6 février, montrant une séquence entre un maître-chien et une personne sans domicile dans un de nos espaces, nous en avons bien pris connaissance. Nous comprenons parfaitement que cette courte séquence puisse choquer. Une enquête interne est en cours afin d’établir le déroulé des faits avec précision."

En attendant d'en savoir plus, la société de transports parisiens souligne avoir mis en place un programme pour les personnes sans domicile en 1994. Selon l'Insee, au moins 143.000 personnes dorment dans les rues de France, soit une augmentation de 50% entre 2001 et 2012. 

Elodie Hervé