BFMTV

Au moins 323 personnes SDF sont mortes dans la rue sur les dix premiers mois de 2016

Un SDF se protège du froid dans un sac de couchage, à Paris, en 2012.

Un SDF se protège du froid dans un sac de couchage, à Paris, en 2012. - Thomas Coex - AFP

Au moins 323 décès de personnes sans domicile fixe (SDF) ont été recensés par le Collectif Les Morts de la Rue. Mais ce chiffre, correspondant aux morts qui lui ont été signalées, pourrait en réalité être dix fois plus élevé, prévient l'association. L'âge moyen des victimes: 48,2 ans en moyenne.

Au 25 octobre, 299e jour de l’année, au moins 323 personnes sans domicile fixe (SDF) étaient mortes dans la rue, selon le Collectif Les Morts de la Rue.

Le chiffre n'est que partiel. D'une part parce qu'il s'agit d'un décompte en date du 25 octobre, qui promet malheureusement de s'alourdir au cours des derniers mois de l'année. Et d'autre part car la liste dressée par l'association grâce aux informations provenant de diverses sources - "particuliers, associations, institutions, médias" - est "non exhaustive" et peut "comporter des erreurs". 

"Peut-être dix fois plus de décès"

"Ils sont probablement six fois plus (...) La réalité nous est inconnue: peut-être dix fois plus de décès que ceux que nous citons", prévient sur son site Internet le collectif, qui ajoute "apprendre les décès souvent des mois après".

"Ces hommes et ces femmes sont morts. Leurs noms sont publiés pour les honorer. Leur mort est un scandale qui doit interpeller chacun à un niveau personnel comme collectif, et quelles que soient nos appartenances politiques ou religieuses", peut-on encore lire sur le site.

48,2 ans en moyenne

Le profil de ces personnes mortes dans la rue? 48,2 ans en moyenne, d'après Les Morts de la Rue. De même source, en 2015, 498 décès de personnes SDF avaient été recensés, à 49 ans en moyenne.

Des chiffres extrêmement éloignés de l'espérance de vie moyenne en France selon l'Insee: 85 pour les femmes et 78,9 ans pour les hommes en 2015.

Mais comme le soulignait fin 2014 auprès BFMTV Cécile Rocca, coordinatrice de l'association, le froid est loin d'être la première cause de décès des personnes vivant dans la rue.

"Les personnes meurent beaucoup plus de désespoir et de manque de relations humaines que du froid", expliquait-elle. "Il y a plus de morts par suicides que de morts de froid dans la rue."
V.R.