BFMTV

La police enquête sur des faits de maltraitance animale diffusés sur les réseaux sociaux

Plusieurs vidéos de maltraitance animale ont été signalées sur la plateforme Pharos.

Plusieurs vidéos de maltraitance animale ont été signalées sur la plateforme Pharos. - Twitter - Police nationale

Les enquêteurs de la plateforme Pharos, le portail de signalement des contenus illicites diffusés sur Internet, ont été saisis après la diffusion de plusieurs vidéos de maltraitance animale sur les réseaux sociaux.

Quelques jours après que la vidéo d'un homme décapitant avec ses dents la tête d'un coq encore vivant a été dénoncée par la Fondation Brigitte Bardot sur les réseaux sociaux, une nouvelle séquence de maltraitance animale agite la toile. Dans une vidéo initialement postée sur Snapchat, et désormais également disponible sur Twitter, on peut voir une jeune femme mettre son chat dans de l'eau, le lancer avec violence en l'air puis le porter et le secouer dans tous les sens. 

Ces deux vidéos, ainsi qu'une troisième, ont été signalées sur la plateforme Pharos, le portail de signalement des contenus illicites diffusés sur Internet, a indiqué ce lundi la police nationale dans un tweet. Les forces de l'ordre ont dévoilé enquêter pour retrouver les auteurs des faits.

"Vous êtes nombreux à nous signaler des vidéos de maltraitance sur des animaux. Les enquêteurs de la plateforme #Pharos ont été saisis. Des investigations sont en cours pour retrouver les auteurs des faits. Ne relayez plus ces vidéos", ont-elles expliqué. 

Deux ans de prison

La police nationale a également rappelé que la maltraitance animale est un délit. "La personne qui exerce, des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou qui commet un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, encourt 2 ans de prison et 30.000 € d'amende", a-t-elle souligné. 

Clément Boutin