BFMTV

La personnalité glaçante de l'instituteur pédophile de Villefontaine

L'ancien directeur de l'école a été mis en examen pour viols sur mineurs

L'ancien directeur de l'école a été mis en examen pour viols sur mineurs - Philippe Desmazes - AFP

Arrêté en 2015 dans l'Isère et accusé de plusieurs dizaines de viols sur ses élèves, le directeur d'école de Villefontaine a laissé voir aux enquêteurs sa personnalité glaçante et son côté prédateur lors des expertises réalisées par des médecins.

En avril 2015, Romain F., 46 ans, avait été démasqué. Arrêté et écroué, le directeur d'école de Villefontaine dans l'Isère est aujourd'hui accusé de dizaines de viols sur ses élèves. A l'époque l'affaire déjà dramatique avait pris une tournure polémique et suscité la colère des familles car l'instituteur avait été condamné en juin 2008 par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu à six mois de prison avec sursis avec obligation de soins pendant deux ans pour avoir téléchargé des images pédopornographiques. Problème l'administration n'avait pas été informée.

Condamné, il suivra pendant deux ans des séances chez un psychologue tout en assurant à son épouse que leur connexion internet avait alors été piratée. Cette dernière est tout entière consacrée à s'occuper de leur petite fille née prématurée et dont la soeur jumelle est morte après sept mois de vie. 

Des agressions pédophiles filmées

En mars 2016, un an après son arrestation, les éléments de l'enquête font froid dans le dos. Romain F. avait filmé ses agressions pédophiles lors des "ateliers du goût". La justice soupçonne l'ancien directeur d'école d'avoir imposé "par surprise" des fellations à plusieurs de ses élèves. Ces photos et vidéos n'ont a priori pas été diffusées sur internet, selon une source proche de l'enquête.

Mais la personnalité de l'enseignant fait froid dans le dos. Lors de ses entretiens avec des psychologues et des psychiatres, il ne laisse paraître aucun remords et expose ses actes sans affect. "Je n'ai pas choisi, c'est plus fort que moi", déclare-t-il aux médecins selon des extraits de l'expertise publiés par Le Parisien mardi. Il "fait preuve d'une absence totale de réflexion et de sens critique", notent les médecins.

"Désinhibé par un traitement antidépresseur reçu à l'été 2014"

Selon Romain F., s'il a consulté des images pédopornographiques c'est pour pallier à un vie sexuelle décevante avec son épouse rencontrée à l'âge de 27 ans. Il a aussi passé son enfance dans une famille où le père était alcoolique et la mère dépressive. Et pour les agressions sexuelles? Il dit avoir "été désinhibé par un traitement antidépresseur reçu à l'été 2014", ce que contestent les experts.

"Quelque chose n'allait pas dans ma tête. J'étais père de famille et pédophile", dit-il aux médecins. Et les heures passées devant son écran pour regarder des images pédophiles? "C'était ma petite fantaisie à moi", lâche-t-il. Revenant sur les sordides "ateliers du goût", il explique avoir bandé les yeux des enfants pour les épargner. "Je pensais naïvement que ça n'aurait pas de conséquences", affirme-t-il. Les témoignages de parents des victimes recueillis par Le Parisien montrent tout l'inverse. Conclusions des experts, Romain F. "banalise à l'extrême" ses actes, sans "perception" du mal qu'il a fait.

S.A.