BFMTV

La disparition d'Estelle Mouzin, cette affaire qui avait ému la France

La famille d'Estelle Mouzin n'a pas cessé de se mobiliser pour retrouver sa fille.

La famille d'Estelle Mouzin n'a pas cessé de se mobiliser pour retrouver sa fille. - François Guillot - AFP

La fillette avait disparu à Guermantes le 9 janvier 2003. Malgré l'intense mobilisation de la police et de sa famille, aucune piste n'avait abouti. Ses parents demandent à ce que le lien avec Nordahl Lelandais soit vérifié.

La disparition de la petite Maëlys en août dernier a alerté les parents d'Estelle, disparue en 2003 sans laisser de trace. Selon nos informations, les parents ont demandé via leur avocat au juge chargé de "l'affaire Estelle" d'entendre et d'enquêter sur Nordahl Lelandais.

L'affaire est encore dans les mémoires. Le 9 janvier 2003 à Guermantes, en Seine-et-Marne, Estelle, 9 ans, disparaît aux alentours de 18 heures en rentrant de l'école. Inquiète, sa mère contacte ses professeurs, ses camarades, la cherche dans la ville et finit par contacter la police. Abribus, prospectus, avis de recherches… Partout en France, le visage de la fillette est affiché. Des recherches sont entreprises à l'aide d'un hélicoptère et de plongeurs des sapeurs-pompiers. Malgré plusieurs observations de police de grande envergure et une mobilisation massive de sa famille, la fillette est introuvable.

"Il faut être à l'affût de toutes les nouvelles informations"

Plusieurs pistes sont évoquées, dont celle du "tueur des Ardennes", Michel Fourniret. A son domicile, les enquêteurs avaient trouvé l'enregistrement d'un journal télévisé belge consacré à la disparition d'Estelle. Mais l'homme, qui avoue en 2003 avoir commis neuf meurtres de jeunes filles entre 1987 et 2001, nie être impliqué dans la disparition d'Estelle. Il affirme même disposer d'un alibi: le 9 janvier 2003 à 20 heures, il dit avoir téléphoné à son fils depuis son domicile belge. Mais l'appel n'ayant pas été pris, cet alibi n'a jamais pu être totalement confirmé. En 2010, des milliers de prélèvements sont effectués à son domicile et dans son véhicule: aucun ne correspond à l'ADN d'Estelle. La piste s'efface.

Tous les 25 mai, journée internationale des enfants disparus, le père d'Estelle, Eric Mouzin, reprend la parole. En 2016, il rappelait, interrogé par L'Express, que "chaque fois qu'il y a des nouvelles affaires de ce type, il est important de vérifier s'il n'y a pas un intérêt à rapprocher les dossiers. Il faut être à l'affût de toutes les nouvelles informations".

La disparition de Maëlys, qui a le même âge qu'Estelle lors de sa disparition, a éveillé les soupçons des parents de la fillette. Sans qu'ils puissent avoir aucune certitude sur un lien possible avec l'enlèvement d'Estelle.

Ariane Kujawski