BFMTV

Hôpital Sainte-Périne: 2e décès suspect en moins d'un an

L'hôpital Sainte-Périne est confronté au deuxième décès suspect en moins d'un an dans ses murs.

L'hôpital Sainte-Périne est confronté au deuxième décès suspect en moins d'un an dans ses murs. - -

La police a ouvert une enquête après le décès d'une patiente septuagénaire, mercredi matin à l'hôpital gériatrique Sainte-Périne, à Paris.

Dix mois tout juste après le drame d'une patiente de 90 ans, retrouvée morte dans le parc de l'hôpital Sainte-Périne, cet établissement de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) est à nouveau montré du doigt, après le décès mercredi matin d'une septuagénaire dans des circonstances troubles.

Cette patiente était hospitalisée en soins de longue durée, veut simplement préciser l'AP-HP. Selon une source syndicale, "il ne s'agit pas d'une fugue et le décès a eu lieu à l'intérieur de l'hôpital". Deux enquêtes ont été déclenchées: la première par l'administration et, dès mercredi, le parquet de Paris a saisi la police d'une enquête en flagrance, pour cerner les causes de ce nouveau décès suspect en moins d'un an dans la même enceinte hospitalière.

Une autopsie pratiquée jeudi

Le corps de la septuagénaire doit être autopsié dans la journée de jeudi pour déterminer les causes du décès, a annoncé le parquet. L'autopsie devra notamment vérifier ou infirmer l'hypothèse selon laquelle la patiente serait décédée "étranglée par une ceinture de contention qui devait la maintenir", selon une information du Parisien. Le quotidien affirme que "le corps sans vie de la patiente a été retrouvé ceinturé au pied du lit où elle dormait".

Sans attendre les résultats, l'Union syndicale CGT de l'AP-HP a dénoncé jeudi matin des conditions de sécurité dégradées au sein de l'hôpital Sainte-Périne, situé dans le XVIe arrondissement de Paris. Rose-May Rousseau, la secrétaire générale de l'USAP-CGT, affirme même avoir "interpellé l'assistance publique (...) il y a un peu plus d'une semaine".

Le syndicat assure avoir "alerté sur la prise en charge des personnes âgées et les ratios de personnels dans un établissement où les patients sont souvent agités", parlant d'"une infirmière pour 70 patients" et dénonçant "des économies au détriment de la sécurité". Selon la CGT, "c'est un drame qui aurait pu être évité".

|||UN PRECEDENT

Le 18 janvier, une patiente âgée de 90 ans avait été retrouvée morte vraisemblablement "de froid" dans le parc de l'hôpital Sainte-Périne, après avoir quitté sa chambre et échappé à la surveillance du personnel. En plus de ce décès, la "fugue" d'un autre patient, quelques jours plus tôt, avait conduit à la mise en place d'une mission d'inspection par l'Agence régionale de santé.

A.L.M. avec AFP