BFMTV

Homme écrasé par un bus: la compagnie touristique n'avait pas l'autorisation de circuler à Paris

Le bus de la compagnie City Sightseeing Paris.

Le bus de la compagnie City Sightseeing Paris. - BFMTV

D'après la Mairie de Paris, la compagnie "City Sightseeing Paris" n'avait pas l'autorisation de circuler dans la capitale. Depuis février, la Ville demande régulièrement la fermeture de cette ligne.

On en sait davantage sur la compagnie de tourisme à laquelle appartenait le bus qui, mardi après-midi, a écrasé un automobiliste à la suite d'une altercation, dans le VIIe arrondissement de Paris. 

D'après les informations de BFM Paris, la compagnie "Citysightseeing Paris" n'avait pas obtenu, de la part de la Mairie de Paris, l'autorisation de circuler dans la capitale. Malgré son absence du Plan régional de transport, ses bus roulent quotidiennement dans la ville. "Citysightseeing" est l'un des quatre opérateurs parisiens du service "hop on-hop off", qui permet aux touristes de monter et descendre à volonté le long d'un circuit prédéfini après avoir acheté un forfait.

"Flou juridique"

Or, depuis février, la Mairie demande régulièrement la fermeture de cette ligne, ainsi que d'un autre opérateur de bus de tourisme, Foxity. Une telle démarche est toutefois longue et procédurale, car la gestion de ces lignes demeure dans le giron exclusif du syndicat de transport Île-de-France mobilités, qui dépend de la Région. Cette dernière a mis en avant un "flou juridique". 

Deux compagnies historiques avaient bénéficié d'une autorisation il y a vingt ans, dans le cadre du Plan régional de transport d'Île-de-France. "Mais, depuis lors, le STIF devenu Île-de-France mobilités a considéré que c'était du domaine de l'occupation de l'espace public", a expliqué ce jeudi l'entourage de la présidente du Conseil régional, Valérie Pécresse, "donc que ça relevait de la ville de Paris et de la préfecture".

À tort, puisque le Conseil d'État, saisi par l'une de ces deux compagnies, a tranché en juin dernier, et a considéré qu'Île-de-France mobilités était "l'autorité organisatrice" de ces modes de transport.

Mise en examen

Pour l'heure, hormis un communiqué dans lequel il est écrit que l'équipe de Citysightseeing est "sous le choc" et que le chauffeur du bus a "plusieurs années d'expérience", aucun dirigeant de la compagnie n'a pris la parole publiquement. 

Âgé de 46 ans, le chauffeur de bus qui était en garde à vue depuis mardi a été présenté au parquet dans la nuit de mercredi à jeudi. Il a été mis en examen pour "homicide volontaire".

Jules Pecnard et Raphaël Maillochon