BFMTV

Hauts-de-Seine: les voleurs trouvaient leurs victimes sur Le Bon Coin

Les deux jeunes voleurs ont été interpellés et vont être jugés pour vols avec violences.

Les deux jeunes voleurs ont été interpellés et vont être jugés pour vols avec violences. - Christian Hartmann - REUTERS

De jeunes voleurs utilisaient le site de vente entre particuliers Le Bon Coin pour trouver leurs proies. Démasqués, ils vont être jugés pour des vols répétés avec violences.

Ils auraient dépouillé au moins quatorze personnes contactées par Le Bon Coin. Deux jeunes hommes ont été interpellés à Clamart (Hauts-de-Seine) pour vols avec violences et extorsion, rapporte Le Parisien. Ils sont suspectés d’avoir volé une dizaine de personnes depuis octobre 2016 en utilisant le site de vente entre particuliers Le Bon Coin pour débusquer leurs futures victimes.

La première plainte remonte au mois d’octobre 2016. Un garçon de 11 ans s’est fait racketter son téléphone portable à la cité de la Plaine à Clamart. Mais un mois plus tard, le mode opératoire des voleurs évolue.

Appâter les victimes avec des vêtements ou des jeux vidéo

A partir du mois de décembre, les deux malfrats opèrent sur internet et plus particulièrement sur Le Bon Coin ou Facebook, sur des pages consacrées à la vente d’objets entre particuliers. Ils mettent fictivement en vente des vêtements et des jeux vidéo.

Au moment de la remise en main propre de l’objet acheté, la victime est amenée dans le hall d’un immeuble ou dans une cave pour être dépouillée. Les jeunes voleurs se font également passer pour des acheteurs intéressés. Les vendeurs se rendent alors à Clamart mais repartent délestés de leur objet à vendre, de leur téléphone portable, de leur argent, de tout ce qui intéresse les faux acheteurs. Pas d’argent en contrepartie, mais quelques coups de poing.

Démasqués par le père d’une victime

Comme le raconte Le Parisien, l’affaire a pris une nouvelle tournure à partir du mois de février. Le père d’une des victimes a reconnu le blouson que son fils s’est fait voler, remis en vente sur Le Bon Coin. Il prend rendez-vous avec le vendeur à Clamart et prévient la police qui attend, cachée pendant la transaction. Mais le vendeur ne viendra pas.

Tout n’est pas perdu cependant, puisque les enquêteurs ont pu récupérer le numéro de téléphone utilisé par le faux vendeur sur Le Bon Coin. Les malfaiteurs sont identifiés et des perquisitions sont menées au début du mois de septembre. Les enquêteurs retrouvent plusieurs papiers d’identité appartenant aux victimes.

Après leurs interpellations, les deux suspects ont été placés sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès, qui aura lieu au mois de décembre à Nanterre. Le plus jeune, âgé de 17 ans au moment des premiers délits, sera jugé par le juge des enfants pour les faits commis lorsqu’il était mineur.

Entre octobre 2016 et juillet 2017, quatorze plaintes ont été déposées. Mais, faute de preuves suffisantes, le parquet de Nanterre n’a engagé des poursuites que pour sept d’entre elles.

Hervine Mahaud