BFMTV

Gilets jaunes: prison ferme pour un sapeur-pompier volontaire ayant frappé les forces de l'ordre

A la barre, le prévenu, qui a dit regretter son acte, a expliqué avoir été pris de colère après avoir été incommodé des gaz lacrymogènes.

A la barre, le prévenu, qui a dit regretter son acte, a expliqué avoir été pris de colère après avoir été incommodé des gaz lacrymogènes. - Thierry Zoccolan / AFP

Mardi, un pompier-volontaire a été condamné à un an de prison pour avoir frappé les forces de l'ordre en marge d'un rassemblement au Puy-en-Velay.

Un pompier-volontaire de 38 ans a été condamné mardi à un an de prison, dont six mois avec sursis, pour avoir frappé des forces de l'ordre en marge d'un rassemblement de gilets jaunes au Puy-en-Velay, a-t-on appris auprès du parquet.

Comparution immédiate

Présenté en comparution immédiate, l'homme, qui faisait partie de la cohorte des manifestants, était jugé pour des violences commises devant la préfecture de Haute-Loire le samedi 1er décembre. 

Un peu plus tard dans la soirée, le rassemblement avait ensuite dégénéré avec l'incendie volontaire de cette même préfecture, visée par des projectiles enflammés de type cocktail Molotov lancés dans le bâtiment ainsi que des locaux administratifs voisins.

Incommodé par des gaz lacrymogènes

Ce salarié du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), chargé de l'entretien des véhicules, a été confondu par des vidéos le montrant en train de frapper les forces de l'ordre entre les grilles de la préfecture, avec un morceau de bois entre les mains.

A la barre, le prévenu, qui a dit regretter son acte, a expliqué avoir été pris de colère après avoir été incommodé des gaz lacrymogènes.

Sa peine a été assortie d'une obligation de suivre des soins psychologiques et d'une interdiction de détenir et de porter une arme pendant deux ans. Le tribunal n'a toutefois pas requis de mandat de dépôt.

Trois personnes suspectées d'avoir participé à l'incendie de la préfecture ont par ailleurs été mises en examen la semaine dernière.

B.L. avec AFP