BFMTV

Gap: un responsable de section SEGPA d'un collège mis en examen pour détention d'images pédopornographiques

Illustration police BFMTV

Illustration police BFMTV - BFMTV

L'homme, âgé de 59 ans et responsable d'une section SEGPA, a été placé en détention provisoire à Marseille. Il est aussi accusé de corruption de mineur.

Un responsable de section SEGPA d'un collège de Gap a été mis en examen et placé en détention provisoire mercredi pour détention d'images pédopornographiques et corruption de mineur, a appris BFM DICI ce jeudi. Son interpellation fait suite à la plainte déposée par une adolescente, domiciliée dans le Jura.

Identifié grâce à un numéro de téléphone portable

La jeune fille de 15 ans s'était présentée à la gendarmerie "pour des faits de corruption de mineur commis à partir de novembre 2019 sur les réseaux sociaux par un homme se disant âgé de 20 ans et utilisant une fausse identité", a confirmé le procureur de Gap dans un communiqué.

Très vite, l'enquête est remontée jusqu'à Gap, grâce à l'identification du numéro de téléphone portable utilisé par l'auteur présumé des faits. Et une enquête préliminaire confiée à la brigade de la protection de la famille du commissariat de police de Gap.

Placé en garde à vue mardi matin, cet enseignant de métier est directeur d'une section SEGPA au collège Achille Mauzan. Présent dans l'établissement depuis plusieurs années, il n'enseignait pas auprès de jeunes. Il a été déféré le lendemain au parquet et présenté au juge d'instruction.

Placé en détention provisoire

"A l'issue de son interrogatoire de première comparution, il a été mis en examen des chefs de corruption de mineur de moins de 15 ans, corruption de mineur via un réseau de communication électronique, propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans par moyen de communication électronique et enregistrement, détention et consultation d'images pédopornographiques", indique le procureur.

Il a été par ailleurs placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention et incarcéré au centre pénitentiaire de Marseille-Baumettes conformément aux réquisitions du parquet.

Une cellule d'écoute a également été mise en place auprès de la communauté éducative, a précisé le directeur acadamique des services de l'Education nationale des Hautes-Alpes.

Valentin Doyen avec Benjamin Rieth