BFMTV

Fermeture administrative d'une mosquée à Torcy (Seine-et-Marne) "légitimant le jihad armé"

-

- - Illustration - Lionel Bonaventure - AFP

Une mosquée de Torcy a été fermé dans le cadre de l'état d'urgence a annoncé mardi Matthias Fekl. Selon le ministre de l'intérieur, certains prêches incitaient à la haine envers d'autres communautés religieuses.

Une mosquée située à Torcy (Seine-et-Marne) a fait l'objet d'une fermeture administrative dans le cadre de l'état d'urgence pour des prêches "légitimant le jihad armé", a-t-on appris de sources concordantes. 

"La mosquée était devenue un lieu où étaient prônés une idéologie radicale ainsi que des incitations au jihad. Certains prêches, ouvertement hostiles aux lois républicaines, incitaient à la haine envers les autres communautés religieuses, au premier rang desquelles les musulmans chiites et les juifs", a précisé le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl.

Des messages contraires aux valeurs de la République

"Rejetant l'autorité de l'Etat, la laïcité et la démocratie, les messages diffusés apparaissaient contraires aux valeurs de la République et susceptibles de constituer le terreau d'atteintes à la sécurité et à l'ordre public", ajouté le ministre.

Selon l'arrêté de fermeture de la préfecture, les deux imams ont notamment "apporté leur soutien aux fidèles de la mosquée mis en cause dans la cellule terroriste dite 'de Cannes-Torcy' ", dont le procès doit s'ouvrir le 20 avril.

Troisième lieu de prière fermé en 2016 

La mosquée de Torcy, gérée par l'association Rahma, était installée depuis 2003 dans des préfabriqués, a précisé à l'AFP Guillaume Le Lay-Felzine, le maire socialiste de la ville. Elle rassemblait jusqu'à 500 fidèles à l'occasion de la prière du vendredi, selon l'arrêté de la préfecture.

En mars 2015, l'association avait obtenu un permis pour construire une mosquée en dur sur un terrain acquis "à prix coûtant" auprès de la ville, a ajouté le maire. Cette mosquée est le troisième lieu de prière fermé en 2016, selon le ministère de l'Intérieur.

G.D. avec AFP