BFMTV

Explosion rue de Trévise: un mois après, le quartier tente d'effacer les stigmates

La majorité de la rue de Trévise est toujours en chantier, un mois après l'explosion de la boulangerie.

Un mois après la violente explosion de la boulangerie rue de Trévise, dans le 9ème arrondissement de Paris, qui a fait 4 morts et 50 blessés, le quartier tourne au ralenti.

Les voitures circulent de nouveau dans les rues adjacentes à la rue de Trévise, notamment dans les rues Bergère, Montyon et Sainte-Cécile. Mais les passants sont peu nombreux à s'aventurer dans la rue en chantier, où des travaux de consolidation sont toujours à l'oeuvre. Plusieurs immeubles, aux fenêtres soufflées dans l'explosion, sont toujours protégés par un périmètre de sécurité et des palissades en bois. 

"Le fait de voir la police, les barricades et la barrière, on y pense régulièrement. Je balade mon chien dans ce quartier et il reste des morceaux de verre partout...", raconte un riverain au micro de BFM Paris. "Cette rue était très animée maintenant c'est très calme. Et le fait de ne pas pouvoir accéder à la rue... cela donne un côté irréel", témoigne un second. 

Les commerces rouverts

Si certains sinistrés ont pu regagner leur logement, 15 immeubles sont par ailleurs toujours inhabitables et 6 sont inaccessibles. Au total, 400 personnes sont ainsi toujours sinistrés. 

Les commerces ont rouvert et retrouvent peu à peu leurs clients. "Nous avions rouvert 5 jours après l'explosion", raconte Raymond Haddad, restaurateur. "Je suis ouvert mais tout le monde m'appelle toujours pour savoir si on est ouvert. Tout le monde croyait qu'on était fermé." Et d'ajouter: "Je souhaite que le quartier redevienne comme il était avec cette boulangerie, qui était le poumon du quartier. Tout le monde allait là-bas."

Cyrielle Cabot