BFMTV

Evry: le viol collectif d'une ado par un mineur récidiviste devant la cour d'assises 

Cour d'assises. (Illustration)

Cour d'assises. (Illustration) - BFMTV

Avec trois complices, le présumé violeur est accusé d'avoir violé à plusieurs reprises et torturé une jeune femme de 18 ans, le 30 mars 2014. Le procès de ce récidiviste de 17 ans s'ouvre lundi. Si l'excuse de minorité venait à être levée, il encourt la perpétuité.

Les faits sont extrêmement graves. Pour le parquet d'Evry cité par Le Parisien, cette affaire est "la plus sensible depuis vingt ans". Samedi soir, une heure du matin, quatre adolescents agressent une jeune fille à la sortie de la gare RER, la violent et l'abandonnent dans un parc. Le plus âgé des quatre est jugé à partir de lundi devant les assises des mineurs de l'Essonne. 

Les faits remontent à la nuit du 30 mars 2014. La victime a subi cette nuit-là des sévices d'une rare violence: violée, frappée et humiliée parce qu'elle passait par là après une soirée entre amis. La jeune fille de 18 ans s'en est sortie avec une fracture du nez, de multiples lésions sur le corps et un important traumatisme psychologique.

Le soir des faits, elle se rend chez un ami après une soirée à Paris. Après un trajet en RER, elle sort de la gare d'Evry-Courcouronnes quand quatre adolescents - trois frères de 17, 15 et 13 ans et un ami de 13 ans - la repèrent et lui courent après. L'un porte un tournevis et un autre un brise-vitre. Sous la menace, elle leur remet son téléphone portable.

Viols et actes de barbarie durant plusieurs heures

Mais son calvaire ne fait que commencer: ils l'entraînent vers un talus puis dans un parc public de la ville. Fellations forcées, sodomies, coups de bâtons... Les violences s'enchaînent pendant près de deux heures. Ils l'attachent, la bâillonnent et l'humilient de la façon la plus abjecte qui soit. Puis ils finissent par l'abandonner en pleine nuit en la menaçant de mort si elle dénonce les faits.

Au petit matin, deux femmes qui circulent en voiture trouvent la jeune fille errant dans la rue et la ramènent chez ses parents. Le lendemain, les quatre mineurs, originaires d'Evry et de Courcouronnes, sont interpellés et placés en garde à vue. Le plus âgé, présenté comme le leader du groupe, affirme aux enquêteurs qu'il voulait seulement voler le portable de la jeune femme, mais que "la bête s'était réveillée en lui" et qu'il avait perdu le contrôle de lui-même.

Déjà condamné pour le viol d'un garçon de 13 ans

Il est le seul à être jugé devant la cour d'assises des mineurs. Les trois autres, étant encore plus jeunes, ont déjà comparu devant un tribunal pour enfants en avril dernier. Ils ont été condamnés à des peines allant de cinq à sept ans d'emprisonnement. De lundi à mercredi, il comparaît pour "viols accompagnés ou suivis d'actes de torture ou de barbarie et ce en état de récidive légale".

L'accusé avait déjà été condamné par le tribunal pour enfants d'Evry à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour avoir violé un garçon de 13 ans avec un embout d'extincteur. Il avait été libéré en septembre 2013 après avoir purgé un an et demi de détention. Le jeune homme, qui comparaît détenu, risque la prison à perpétuité si l'excuse de minorité est levée. Le verdict est attendu mercredi. Un an après ces faits, une autre jeune femme avait été attaquée et violée par trois hommes dans le même parc d'Evry.

D. N. avec AFP